Novembre 1954 - novembre 2020 : De la libération au changement

«Une Algérie novembriste, ce concept politique qui s’est distingué et manifestement promu dans la foulée des slogans scandés par le Hirak authentique du 22 février, renvoie indubitablement à l’esprit de la Déclaration de Novembre 1954 ayant pour principal objectif de réunir et de mobiliser les forces vives de la Nation autour d’un idéal commun», a indiqué le professeur d’histoire, Hemaidi Bachir, de l’université de Mascara.
Il relève l’existence de bien de similitudes dans son explication de l’étroite relation existant entre deux dates phare de l’évolution de l’histoire du pays : le 1er novembre 1954 correspondant au déclenchement de la lutte pour l'indépendance, et 66 ans après, le 1er novembre 2020, date du référendum constitutionnel engageant concrètement le processus du changement pour l’édification de la nouvelle Algérie. «Les principes fondamentaux de la Déclaration du 1er Novembre 1954 figurent dans le contenu et dans l’esprit de la nouvelle Constitution 2020», affirme-t-il.
«Les deux documents reprennent la notion de respect de la liberté de l’être humain, ce qui est pleinement préservé et promu dans les dispositions de valeur constitutionnelle de la nouvelle Constitution», ajoute-t-il.
«Ceux qui rejettent la nouvelle Constitution n’ont pas réellement saisi la vraie signification de la Déclaration du 1er Novembre, qui porte essentiellement sur les principes de liberté et de souveraineté du peuple algérien, ainsi que le raffermissement de son identité, ses référents culturels et mêmes ses rituels communautaires et fédérateurs», dit-il.
Il ajoute que «les artisans de novembre 1954 et héros de l’une des plus grandes épopées du siècle dernier sont parvenus très subtilement à surpasser leurs divergences et a rassembler ce qui les unis, et c’est ainsi qu’ils ont pu transformer leurs faiblesses en une force qui a triomphé contre le colonialisme».
Aujourd’hui, poursuit-il, «nous revivons le même contexte qui nécessite absolument l’émergence d’un solide consensus national pour relever les défis, et c’est exactement ce à quoi incite l’esprit de la nouvelle Constitution».
Il poursuit son explication en mettant l’accent sur le fait que la Déclaration de Novembre 1954 était «si bien adaptée au contexte de l’époque, à savoir mobiliser le peuple autour de l’objectif de l’indépendance». «Aujourd’hui, d’un point de vue symbolique et à travers le scrutin référendaire sur la nouvelle Constitution, ce qui est souhaité, c’est la mobilisation générale de toute la nation pour édifier une nouvelle Algérie préservant les droits et les libertés et consacrant la démocratie dans son sens majeur autour du principe de la souveraineté et de l’unité nationales», note-t-il.
«Il y a effectivement une forte symbolique et une étroite relation entre le 1er novembre 1954 et cette même date de l’année 2020 qui sera sans doute inscrite dans les annales de l’Algérie indépendante comme étant un rendez-vous ayant permis d’acter la naissance de la nouvelle Algérie», affirme, de son côté, le politologue et enseignant universitaire Idriss Attia. «Novembre 1954 a été l’œuvre de jeunes Algériens qui ont déclenché la Révolution pour le recouvrement de la souveraineté du peuple et la réappropriation de la dignité de l’Algérien. Novembre 2020, c’est aussi le déclenchement d’une autre révolution, celle du changement radical avec les pratiques du passé, et donc d’une véritable rupture avec un régime qui gérait l’Algérie comme une propriété personnelle», a-t-il soutenu.
Karim Aoudia

Sur le même thème

Multimedia