Docteur Amer Rekhila, chercheur en histoire : «L’unité populaire pour assurer le progrès»

«S’il est indéniable que les Algériens avaient fait montre tout au long de 132 ans de la période coloniale d’un courage hors pair, de positions très honorables et de luttes acharnées pour le recouvrement de l’indépendance, le 1er novembre 1954 restera pour toujours une date, tout à la fois spéciale et historique, en raison des nombreux acquis enregistrés depuis».
S’exprimant à l’occasion de la célébration du 66e anniversaire du déclenchement de la glorieuse Révolution de Novembre, le chercheur a affirmé que le plus important de ces acquis reste la souveraineté nationale enfin recouvrée après plus d’un siècle de colonialisme, grâce aux sacrifices consentis par nos glorieux martyrs et nos valeureux moudjahidine. Il rappelle, à ce propos, le contexte de l’époque où «le colonialisme voulait coûte que coûte faire de notre pays une partie intégrante de la France», cependant, le peuple algérien, uni et courageux, «a pu mettre fin à ce mensonge, en permettant à l’Algérie de retrouver son existence et, plus tard, de jouer son rôle, plein et entier, dans tous les secteurs d’activités». L’universitaire spécialiste en droit insistera d’autre part sur l’importance de la Déclaration du 1er Novembre 1954 qui fait ressortir le génie de nos aïeux et souligne que «malgré la diffusion des idées communistes, marxistes et autres pendant la période coloniale, le mouvement national a réussi à créer» des termes aux connotations profondes qui confirment l'authenticité de la Révolution algérienne, du peuple et du mouvement national. Il a également bien diagnostiqué la situation et défini les principes». Le Dr Rekhila décrit la Déclaration du 1er Novembre comme précieux et unique document, compte tenu de son contenu qui établissait alors un «véritable diagnostic de la situation, en termes simples mais précis et avec un sens très profond». Il notera que la célébration du déclenchement de la Révolution coïncide, cette année, avec la fête religieuse du Mawlid Ennabaoui Echarif. «La vérité qu'il faut dire c’est que le noyau des révolutionnaires qui ont déclenché la révolution bénie avait expressément choisi la date du lundi, date de naissance du prophète Mohamed (QSSSL), sachant que cela coïncidait, par ailleurs, avec la célébration de la Toussaint». En fait, l’ensemble des questions qui peuvent nous venir à l’esprit étaient «soigneusement étudiées et cela exprime, sans conteste, tout le génie des combattants du mouvement national».
Il souligne que l’anniversaire du déclenchement de la Révolution coïncide cette année avec la tenue du référendum sur le projet d'amendement de la Constitution, lequel devra constitutionaliser la Déclaration du 1er Novembre 1954. Il est en effet noté dans le préambule de la Constitution que «le 1er Novembre 1954, ainsi que sa proclamation fondatrice, auront été les clés de son destin» et que «le 1er novembre aura solidement ancré la guerre de Libération nationale dans le passé glorieux de la Nation».
Le chercheur qui émet le vœu d’assister demain à «un élan populaire de démocratie où chaque citoyen exprimera une opinion franche sur ce document», insiste sur l’impératif d’une unité populaire, semblable à celle du 1er Novembre, et sur la nécessité de travailler ensemble pour aller de l’avant et progresser davantage dans tous les domaines d’activité».
Soraya Guemmouri

Sur le même thème

Multimedia