Annaba : Larbi Merad évoque les préparatifs de la lutte armée

Le moudjahid Larbi Merad, 88 ans, se souvient des préparatifs de cet événement historique du 1er novembre 1954. Il estime que le 1er novembre 1954 n’est pas le fait du hasard mais ce fut un événement mûrement réfléchi qui symbolise le couronnement de longues années de lutte depuis 1830. Le moudjahid fait remarquer que les préparatifs de la guerre de Libération nationale dans la région d’Annaba ont eu lieu au djebel de l’Edough au domicile du moudjahid El Hadj Mahmoud Rachedi, dit Allaoui, de la zaouia d’El Allaouia sous la houlette du moudjahid Amar Benaouda Benmostefa membre du Groupe historique des 22. Mahmoud Rachedi est le père d’une famille qui a sacrifié quatre de ses fils pendant la guerre de Libération nationale, a-t-il mis en exergue. Il s’agit de Mohamed, Ahmed, Boubakeur et Hacène, se remémore-t-il.
Mahmoud Rachedi fournirait un soutien logistique aux éléments de l’Armée de libération nationale, a relaté Larbi Merad dont l’oncle n’est autre que le Chahid Badji Mokhtar. Il affirme avoir participé à plusieurs réunions de coordination avec d’autres compagnons parmi lesquels l’adjoint de Benaouda, Arar Khemissi, dit El Hadi, qui fut membre de l’Organisation spéciale ainsi que le martyr Si Messaoud Skikidi. Larbi Merad rappelle que Amar Benaouda accompagné de Zighoud Youcef, Badji Mokhtar, Slimane Barkat et Bekkouche Abdelbaki se sont évadés de la prison d’Annaba pour rejoindre le maquis. Il estime que les membres du Groupe historique des 22 de par leur expérience dans le militantisme étaient tous conscients que la seule voie pour libérer le pays de l’occupation française est la lutte armée. Il ajoute que durant le règne de de Gaulle de 1958 à 1962, le nombre de guillotinés était supérieur à celui de ses prédécesseurs, entre 1954 et 1958.
L’association Wafa a concocté un programme riche et varié pour commémorer le 66e anniversaire du déclenchement de la guerre de Libération nationale. C’est ainsi qu’une exposition de photographies des héros de la Révolution et d’autres documents ayant trait à la lutte de Libération nationale se tient au palais de la culture Mohamed Boudiaf.
Selon le président de l’association Abderrahmane H’mairia, cet espace permettra aux jeunes de s’imprégner des principes et valeurs de la Révolution du 1er Novembre 1954.
B. Guetmi

Sur le même thème

Multimedia