Vigilance citoyenne

L’Algérie de la citoyenneté est en marche. Elle a rendez-vous avec le Hirak qui fête ses 2 ans, dans un climat de communion et de cohésion. Les perspectives de dialogue et de changement se consolident. Elles se mesurent à l’aune des acquis réalisés en un temps record, pour satisfaire les revendications légitimes du Hirak originel et jeter consensuellement les bases d’une Algérie nouvelle forte d’institutions réellement représentatives de la volonté populaire. La reconfiguration du paysage politique marque l’entrée en force dans la nouvelle ère démocratique marquée du sceau des libertés individuelles et collectives, garanties par la Constitution, de la lutte contre la corruption et de la séparation de l’argent sale de la politique. L’émergence d’une nouvelle élite compétente conforte la quête d’un mode de gouvernance qui prône l’efficience dans la prise en charge des problèmes des citoyens. Le remaniement ministériel est basé sur la culture du mérite et de la performance. Aucune défaillance n’est ainsi tolérée dans la conduite des missions locales et gouvernementales.
Des chefs de daïra et des présidents d’Assemblées populaires sont écartés, pour des lacunes dans la promotion des zones d’ombre. À ceci s’ajoute l’évocation du bilan mitigé du gouvernement, ce qui exprime un engagement de tous les instants au profit des citoyens et des régions démunies, à la faveur de la promotion des 10 circonscriptions du Sud en wilayas à part entière, pour les faire sortir de l’isolement et de la marginalisation. Le changement apporté dans les 8 secteurs de l’Industrie, de l’Énergie, des Travaux publics, de l’Habitat, des Ressources en eau, de la Numérisation et des Statistiques, du Tourisme et de l’Environnement place les droits citoyens au cœur du renouveau. Ce sont les prémices d’une nouvelle gouvernance passée à la loupe d’une évaluation sectorielle rigoureuse. Lors de la réunion périodique du Haut Conseil de sécurité (HCS), présidée par le président de la République Abdelmadjid Tebboune, un examen approfondi de la situation sécuritaire, politique et économique a été ainsi effectué.
L’urgence de la stabilité, favorisée par les résultats encourageants enregistrés, dicte le devoir de vigilance, pour faire barrage aux tentatives de déstabilisation menées par les apôtres de la fitna, instrumentalisant le Hirak dévié de sa trajectoire historique et des puissances acquises à la guerre de quatrième génération, évoquée par l’ancien ambassadeur, Nouredine Djoudi. L’Algérie est au premier rang des pays arabes soumis à des attaques cybernétiques. Les menaces sont tangibles. Les allégations fallacieuses, véhiculées dans les réseaux de la discorde, faisant état de la participation de l’Armée nationale populaire (ANP) dans des missions dans le cadre du G5, sont le fait d’agents à la solde du Makhzen et du sionisme rêvant de la déstabilisation et de l’affaiblissement du bastion de la résistance aux projets coloniaux et néocoloniaux.
En rempart inébranlable, l’ANP salue le «discernement des citoyens» — conscients des enjeux et des menaces qui pèsent sur la souveraineté nationale — et appelle à «davantage de vigilance». En vertu des valeurs fondatrices du Hirak, le front uni est plus que jamais une nécessité impérieuse.
El Moudjahid

Multimedia