Une Algérie porteuse de paix

Le bastion de la résistance épique et du soutien inconditionnel à la lutte des peuples pour leur indépendance tient haut la marche vers un monde sûr et débarrassé des séquelles du colonialisme et du néocolonialisme. Dans un monde arabe dramatiquement happé par la dérive sanguinaire et au cœur du Sahel inondé par les armes de la déstabilisation, l’îlot de stabilité a savamment conjuré le sort du démembrement et du chaos généralisés. Échec donc à la conjuration traduite par la volonté d’encerclement stratégique et la menace aux frontières incarnée par la coalition de la honte conclue entre les entités coloniales au Maghreb et au Proche-Orient.
«Celui qui a dit que l’Algérie tombera après la Syrie s’est trompé», a affirmé le Président Abdelmadjid Tebboune à Al Jazeera, quelques jours seulement après l’interview accordée à l’hebdomadaire Le Point, en concurrence avec Le Monde formulant à son tour une demande. Cette réalité intangible conforte davantage l’Algérie à la voix forte et désormais écoutée dans l’arène internationale. En vecteur de la paix et de la stabilité, elle est régulièrement sollicitée pour son expérience dans la lutte contre le terrorisme et l’efficience de ses efforts de médiation menés avec succès en Afrique, dans le monde arabe et dans le Golfe. Les acquis de l’Accord d’Alger, porteur de perspectives de réconciliation et de paix au Mali, et la participation en force à la conférence de Berlin et aux efforts de reconstruction en Libye, sont les signes évocateurs d’un retour remarqué sur la scène internationale. Aux côtés des peuples palestinien et sahraoui, injustement privés de leur droit inaliénable à l’indépendance et à l’autodétermination, la nouvelle Algérie saura de la même manière faire face aux manœuvres de déstabilisation des médias français à la solde des 3 lobbies regroupant les anciens colons, les membres de l’OAS et les harkis. Après F24 et TV5, la charge haineuse du quotidien Le Monde renseigne clairement sur la désinformation érigée en ligne éditoriale aux antipodes des valeurs professionnelles et déontologiques. «L’Algérie dont parle le journal Le Monde n’est pas l’Algérie que nous connaissons», a souligné le président de la République. Elle est à mille lieues du travestissement de la réalité de la nouvelle Algérie, victorieuse à jamais de l’islam idéologique, de la bande de malfaiteurs brassant des centaines de milliards de dollars dilapidés et transférés à l’étranger et des avatars du néo-Hirak divisé en groupes idéologiques antagoniques et à faible représentativité. Les dernières marches hebdomadaires organisées seulement dans 8 wilayas indiquent clairement le refus de la majorité du peuple de céder face à la loi illégitime de la minorité et des mouvements terroristes. Il s’agit indéniablement d’une adhésion au processus de changement par les urnes, que les esprits chagrins n’osent pas reconnaître et que le verdict populaire du 12 juin imposera.
«Les conspirateurs ne feront pas taire la voix de l’Algérie», a martelé le président de la République à la chaîne qatarie, coupable, il y a peu, en porte-étendard du fameux «printemps arabe», de la diabolisation de l’Algérie.
El Moudjahid

Multimedia