Transparence et performance

Le coup de starter est donné pour impulser la dynamique de relance dans tous les secteurs de l’activité nationale passés au peigne fin au cours de la réunion du Conseil des ministres, présidée par le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune. Inscrite dans le nouveau mode de gouvernance, marquée du sceau de la performance et de la transparence, l’approche sectorielle permet opportunément une évaluation du bilan global du gouvernement pour affiner les priorités et combattre les défaillances. L’objectivité permet de relever les acquis enregistrés dans la lutte contre la pandémie en reflux constant à l’heure où le monde cède à la panique de la croissance exponentielle du virus en mutation accélérée. Bien loin des prédictions de mauvais aloi, la bonne tenue du secteur de la santé et le formidable élan de solidarité a conforté les chances de sortie de crise qu’il s’agit de consolider par une organisation efficiente de la campagne de vaccination à laquelle a appelé le président de la République. L’ultime épreuve ne saurait forcément admettre ni tergiversation ni approximation. En ordre de bataille, la nouvelle Algérie est profondément attachée à satisfaire les besoins fondamentaux, particulièrement ceux des populations des zones d’ombre et des nécessiteux qui passeront l’hiver au chaud, comme l’a affirmé le Président de la République dans une allocution prononcée à son retour à Alger. Des instructions fermes ont été ainsi données pour poursuivre les efforts et assurer l’approvisionnement en eau et en gaz, y compris dans les zones frontalières. Cette priorité ne peut souffrir un quelconque manquement qui, pour certains walis défaillants, a soulevé le mécontentement du président de la République. C’est encore, plus gravement, le cas de l’importation du blé avarié de la Lituanie qui fera l’objet d’une enquête minutieuse exigée par le Président Tebboune. Le temps du laisser-aller, de la complaisance et de l’opacité est donc révolu. La transparence est de règle, notamment dans le secteur bancaire appelé à une refonte totale et à se débarrasser du «point noir» en matière d’octroi du crédit. Elle constitue la base d’une gouvernance économique, fondée sur le recours aux technologies nouvelles. L’apport considérable du numérique et la généralisation des statistiques sont des instruments idoines pour la définition et une évaluation précise du processus de relance en mode accéléré. La mise à niveau du secteur de la pêche, invité à disposer d’une véritable industrie compétitive et productive, le renforcement de l’industrie pharmaceutique en plein essor et l’optimisation des ressources nationales sont les véritables atouts de la croissance. En levier important, le secteur minier doit impérativement s’ouvrir à une exploitation effective, dans les plus brefs délais, dira le Président de la République, de la mine de fer de Ghar-Djebilet et du gisement de phosphate et de zinc d’Oued Amizour. La nouvelle Algérie a assurément les moyens d’une croissance à taux élevé.
El Moudjahid

Multimedia