Relever les défis

Après une année éprouvante, marquée par une crise sanitaire planétaire sans précédent, une baisse sensible des prix des hydrocarbures, des tensions — en cours dans un espace saharo-sahélien — tendues et complexes, l’Algérie entame l’année 2021, en affrontant des défis qu’il lui faudra impérativement remporter.
Les conflits armés dans le continent africain, les menaces d’un terrorisme transfrontalier, l’extrémisme violent, imposent au peuple algérien la nécessité de resserrer les rangs. Un violent coup vient d’être porté au droit et à la justice par un troc moyenâgeux, illégal et immoral réalisé sur le dos des peuples sahraoui et palestinien, aujourd’hui occupés militairement, réprimés et spoliés.
Les graves développements qu'a connus, récemment, la question sahraouie constituent un réel motif de préoccupation pour l'Algérie. Ce constat rend plus que jamais nécessaires, une prise de conscience élevée et une riposte efficace. Après son retour au pays, le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, s’est attelé à consolider les assises de la nouvelle Algérie conformément à ses 54 engagements. Autre fait à signaler : le chef de l’Etat a signé le décret présidentiel portant promulgation dans le Journal officiel de l’amendement de la nouvelle Constitution. L'organisation des élections législatives et communales sera enclenchée dans un proche avenir. C’est un préalable indispensable pour redynamiser un pluralisme partisan en net déclin. Le processus politico-constitutionnel n’en sera que mieux affirmé par des institutions démocratiques, crédibles, ouvertes aux jeunes.
Conjoncture oblige. Abdelmadjid Tebboune n’a pas manqué de mettre l’accent sur la nécessité de relancer le cycle économique affecté par la pandémie de la Covid-19. Il a pris d’importantes décisions fortement ciblées dans ce sens. L’accélération du rythme de réforme du secteur économique est une urgence. L’Algérie a besoin de s’affranchir le plus tôt possible de la rente des recettes des hydrocarbures. Le staff gouvernemental, selon l’appréciation du Président, a présenté un bilan plutôt mitigé. Une plus grande efficacité et une implication beaucoup plus active sur le terrain, lui sont instamment demandés dans la prise en charge des revendications et des préoccupations de la population. «Les disparités sociales peuvent être une bombe à retardement», avait affirmé Abdelmadjid Tebboune. C’est pour cela qu’il est essentiel de promouvoir rapidement les zones d'ombre où les habitants vivent encore dans des situations pénibles, exclus de leur droit à une existence digne. Abdelmadjid Tebboune a, lors de sa réunion avec le Haut Conseil de Sécurité, insisté sur le maintien de la vigilance à tous les niveaux afin de permettre à l'Algérie d'enclencher avec succès les prochaines et importantes étapes dans la perspective d’un changement irréversible. Les citoyens, la classe politique et les élites doivent prendre acte de ce devoir de vigilance et œuvrer pour la préservation de la stabilité du pays. Un consensus, le plus large possible, authentiquement novembriste et un front interne solide contre toutes les tentatives de déstabilisation doivent rassembler tous les Algériens.
El Moudjahid

Multimedia