L’école, socle de la nouvelle Algérie

La bataille de l’Ecole est sacrée. Elle impose impérativement la mobilisation de toute la famille éducative, consciente du droit imprescriptible à l’éducation constitutionnellement garanti. Elle doit faire front pour défendre l’avenir de la nouvelle génération, érigée en acteur majeur dans la construction de l’Algérie nouvelle. Et elle doit le faire pour prémunir l’Ecole de toute forme de pression improductive, des tentations idéologiques et des luttes politiciennes. Des derviches tourneurs, forgés par l’esprit de la décadence, et des apprentis sorciers, décrétant de façon immorale le boycott des examens, s’affairent vainement à obstruer la marche en avant d’une Ecole assurément moderne et ouverte sur le monde de la technologie et les langues universelles. Le diktat, quelles qu’en soient l’origine et la nature, ne passera pas dans la nouvelle Algérie, immunisée contre les tentatives de déstabilisation et forte des acquis de la lutte contre la pandémie. Le temple du savoir a tenu bon. Après avoir sauvé l’école de la fermeture totale, solution privilégiée notamment par les pays développés, l’État a les moyens de faire mieux, cette année. Le passage au cycle moyen se déroule dans un environnement sanitaire sécurisé pour les 853.000 élèves appelés à concourir dans les trois filières retenues en fonction du planning des examens. Il s’agit de l’arabe, du français et des mathématiques. Toutes les conditions sécuritaires, pédagogiques et organisationnelles ont été renforcées pour la réussite de l’épreuve, de sorte à éclairer davantage sur le déroulement du BEM et du Bac, confortés, faut-il le relever, par un déroulement satisfaisant des examens l’année dernière. Mais la vigilance et l’esprit de responsabilité doivent prévaloir, pour ancrer le système éducatif dans la dynamique de renouveau inscrite dans les réformes profondes et globales. Elles passent inévitablement par la révision des programmes scolaires, particulièrement dans le cycle primaire, l’allégement du cartable, le renforcement des cantines et du transport sur l’ensemble du territoire national et la valorisation du statut social et matériel de l’enseignant. Ces mesures d’urgence ont été édictées, dès son investiture, par le président de la République, pour garantir l’égalité des chances et jeter les bases de l’école de demain, frappée du sceau de la modernité et de l’entrée dans le monde des nouvelles technologies de l’information et de la communication, socle de la nouvelle Algérie.
EL MOUDJAHID

Multimedia