Espoir et confiance

Indéniablement, le retour du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, va impulser fortement l’avancée vers la mise en place des jalons et des contours de la nouvelle Algérie conformément aux 54 engagements de son programme électoral.
Ce retour a mis à bas toutes les prédictions et autres affirmations péremptoires de ces voix qui se sont ingéniées à accréditer le mensonge, qui a prospéré, notamment, dans les réseaux sociaux. Nullement soudoyé par cette agitation malveillante autant que préméditée, le peuple a exprimé un profond soulagement à propos de la guérison du chef de l’Etat. L’espoir est présent chez tous ceux qui font confiance au chef de l’Etat dans son travail de redressement national, dans sa volonté d’opérer une rupture radicale avec le passé.
Un espoir conforté par la réaffirmation de sa détermination de relancer le projet des réformes, de le mener à bon port en vue de l’instauration d’un Etat de droit.
M. Abdelmadjid Tebboune a signé le décret présidentiel portant promulgation dans le Journal officiel de l’amendement de la nouvelle Constitution, adoptée par voie référendaire le 1er novembre dernier. L’amendement constitutionnel nécessitera l'adaptation de nombre de lois dans le cadre d’une réforme globale de l'Etat, de la réhabilitation de ses institutions et de son autorité.
Un des chantiers les plus emblématiques s’est concrétisé en un jour de célébration historique hautement symbolique.
Le peuple, les militants authentiques souhaitent voir l'organisation des élections législatives et communales enclenchée dans les plus brefs délais. C’est un préalable indispensable pour réconcilier les citoyens avec la représentation politique, pour redynamiser un pluralisme partisan bancal quand il n’est pas frappé d’opprobre.
M. Tebboune avait enjoint à la Présidence de la République d’établir une coordination avec la commission chargée de l’élaboration du projet de révision de la loi organique relative au régime électoral afin que le document en question soit prêt dans les meilleurs délais, en vue de lancer le processus post-Constitution. Une nouvelle loi électorale visant à définir des normes électorales transparentes qui consacrent une rupture totale avec les mauvaises pratiques du passé, bannissant le système des quotas dans la répartition des sièges, la subornation des consciences et le rejet de l’argent sale en politique. L’objectif étant de parvenir à la mise en place d'institutions démocratiques, intègres, crédibles, ouvertes aux jeunes, notamment les universitaires et à la société civile. La scène politique, trop souvent investie, ces deux dernières décennies, par des politiciens qui ne pensaient qu’à s’en servir comme tremplin pour assouvir des ambitions personnelles, a profondément choqué les Algériens.
Son assainissement restaurera les attributs d’un véritable militantisme et la garantie d’une représentation populaire incontestable, en phase avec les aspirations du Hirak.
Le processus initié par le Président, notamment les indispensables orientations politiques, se poursuivra, consolidé par la mobilisation des citoyens, appelés à resserrer les rangs face aux comploteurs de tous bords.
El Moudjahid

Multimedia