Droits citoyens et développement

Le calvaire des Algériens, contraints, en raison de la pandémie ravageuse, de prolonger leur séjour à l’étranger, est bientôt fini. Dès aujourd’hui, ils pourront goûter à la joie des rencontres familiales et renouer avec l’Algérie bienveillante et accueillante. La reprise des six vols hebdomadaires de la compagnie nationale à destination de Tunis, Istanbul, Barcelone, Marseille et Paris est incontestablement un pas non négligeable dans le contexte de la propagation des variants, durement ressentie dans le monde, notamment en Europe. Loin des surenchères et des fake news alimentées par les réseaux sociaux, la décision opportune, prise en Conseil des ministres par le Président Abdelmadjid Tebboune, vise essentiellement à alléger le fardeau d’un retour longtemps attendu.
La baisse de 20% des frais d’hébergement et la prise en charge par l’État des étudiants et des personnes âgées à faible revenu tranchent nettement avec les dispositions draconiennes imposées par certains pays acquis à la quarantaine dans un hôtel choisi par l’État et des tests PCR aux frais des voyageurs. Soucieuse de prémunir la population contre l’importation des variants et de préserver les acquis de la lutte contre la Covid-19, l’Algérie entend méthodiquement desserrer l’étau avec l’esprit de responsabilité et de vigilance exigé de tous.
À l’approche de l’été, cette préoccupation est tout aussi vitale que la question de la gestion de l’eau au cœur du Conseil des ministres. Outre la création d’une agence nationale de supervision de la gestion des stations de dessalement de l’eau de mer, l’urgence d’une stratégie fondée sur la mobilisation des eaux non conventionnelles s’impose, pour pallier le déficit hydrique, dans un pays qui compte plus de 1.600 km de côte. Il est totalement exclu de recourir aux eaux souterraines réservées à l’irrigation de la plaine de la Mitidja. Cette approche judicieuse s’inscrit durablement dans la satisfaction des besoins des citoyens et le développement du secteur agricole en levier de la croissance.
L’accent a été donc mis sur la nécessité de contribuer à l’augmentation de la production céréalière tournée vers la spécialisation et associant les ingénieurs agronomes. Dans le nouveau modèle économique, la relance de l’industrie cinématographique est primordiale pour restructurer un secteur à l’agonie et lui redonner, en modèle d’exportation reconnu, son lustre d’antan. Ce sont-là les thèmes importants abordés en Conseil des ministres appelant au parachèvement du tronçon de l’autoroute Est-Ouest sur l’axe de la wilaya de Béjaïa et au renforcement du système juridique de lutte contre le terrorisme. Face aux agissements criminels de l’aile radicale de l’islamisme politique et du mouvement séparatiste, décrétés organisations terroristes, l’établissement d’une liste de personnes et des entités terroristes est une exigence, pour garantir la souveraineté et la stabilité de l’Algérie au service des citoyens et du développement économique.
EL MOUDJAHID

Multimedia