Crédibilité et transparence

Le devoir de crédibilité, de transparence et de régularité des nouvelles institutions élues est au cœur de la démarche consensuelle du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, appelant à la distribution aux partis politiques de la mouture de la loi organique portant régime électoral.
Cette large participation de la classe politique traduit une volonté indéniable de rassembler toutes les compétences et les énergies créatrices pour construire l’Algérie nouvelle dont les fondements ont été consacrés par la Constitution adoptée par voie référendaire. Porté par l’élan salvateur du Hirak hautement patriotique, le processus de changement pacifique et démocratique, dont la clé de voûte est le choix populaire libre et souverain, est résolument engagé pour permettre l’émergence d’un paysage politique débarrassé des relents de l’autoritarisme, de l’opacité, de la corruption des élites dirigeantes, de la fraude et des pratiques immorales liées à l’achat des consciences et à l’accès immérité aux responsabilités locales ou nationales. Sous la direction du professeur Ahmed Laraba, l’avant-projet de loi organique portant régime électoral conforte les bases d’une véritable démocratie fondamentalement attachée à réhabiliter le plein exercice de la souveraineté populaire dans le choix des institutions légitimes et crédibles. En acteur majeur du changement, le citoyen est non seulement doté d’un pouvoir de contrôle sur le déroulement des opérations électorales, mais il peut également participer à la vie politique, à la faveur du renforcement du rôle des femmes et des jeunes. Cette avancée significative caractérise le «nouveau mode» de gestion garantissant la transparence et la régularité des scrutins, les conditions de candidature et le contrôle financier du processus électoral par une commission indépendante placée sous l’égide de l’Autorité nationale indépendante des élections.
La révision des listes électorales au 1er trimestre de chaque année et la concrétisation des principes constitutionnels inhérents à l’indépendance et à la neutralité de l’ANIE constituent des nouveautés d’une compétition réellement équitable, propre et intègre, bannissant le discours de la haine et de la discrimination.
L’interdiction du financement par un État étranger sous quelque forme que ce soit, la réglementation des dépenses des campagnes électorales et les modalités de remboursement éventuel d’une partie des frais et la nécessité d’effectuer par virement, par chèque, par débit automatique ou par carte bancaire, tout don supérieur à 1.000 dinars annoncent une nouvelle ère fondée sur la crédibilité et la transparence.
El Moudjahid

Multimedia