Convergence

L’Algérie célèbre, aujourd’hui, la Journée nationale de la fraternité et de la cohésion peuple-armée pour la démocratie, instituée en 2020 par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune.
On ne peut souhaiter meilleure reconnaissance de cette preuve de sagesse et de clairvoyance politiques.
Dans le même esprit, des instances nationales et des formations politiques ont valorisé une décision qui est une légitimation officielle des aspirations des citoyens.
En effet, il y a de quoi être fier du Hirak, un gigantesque rassemblement d’Algériens, toutes tendances confondues, hautement civilisés, qui a permis d’arrêter un préoccupant cycle de dégradation politique et institutionnelle, incarné par deux décennies de présidentialisme absolu.
Le Haut commandement de l’ANP a affirmé son plein soutien aux justes revendications du peuple, salué son patriotisme durant des mois de grand attachement à la patrie, à sa pérennité. Il s’est porté garant de sa sécurité, veillant à ce qu’aucune goutte de sang ne soit versée.
Le slogan «Djeich, Chaâb Khawa-Khawa» a été scandé par des millions de voix à travers l’ensemble du territoire, un slogan qui traduit un lien indéfectible entre l’institution militaire et le peuple. Ce n’est donc pas surprenant que cette convergence patriotique des deux parties dérange fortement toutes sortes d’ennemis, nourrit leur hargne et attise leur obstination à vouloir provoquer des fissures graves au sein de la société, à l’entraîner dans les profondeurs de l’anarchie.
C’est là le sort funeste réservé à des nations, qui n’ont pas su ou pu anticiper les manigances sordides qui les ont ciblées, et qui ont payé et payent encore le prix le plus cher.
En ce début de siècle de fer, les exemples ne manquent pas de ces équipées expansionnistes perpétrées à visage découvert, de tentatives de restauration d’un néo-colonialisme qui ne s’encombre d’aucun scrupule. La commémoration de ce deuxième anniversaire du 22 Février est une occasion pour aller de l’avant et faire face aux innombrables défis à relever, dans un contexte crucial qui a nécessité une évaluation minutieuse de la situation, des réformes profondes et des décisions importantes en vue d’un redressement irréversible. Aujourd’hui, compte tenu des enjeux et des objectifs tracés, il est inutile de rappeler que seul l'intérêt de l’Algérie compte. Le pays est menacé par des forces hostiles et revanchardes. Ce n’est pas une lubie. L’unité du territoire et du peuple est visée, les tentatives de détournement des acquis du Hirak sont orchestrées par des cercles qui veulent à tout prix l’instrumentaliser. Face à ces complots attentatoires à la stabilité, les Algériens ont la capacité de riposter avec fermeté. Les dernières mesures prises par le chef de l’État, lors de son dernier discours, reflètent une indéniable volonté de concrétiser ses engagements. L'amendement de la Constitution, le renouvellement des institutions élues, la dissolution de l'APN, le remaniement ministériel, la prise en charge progressive des zones d'ombre sont parmi ces engagements. L’avènement de l'Algérie nouvelle repose sur de bonnes bases, rien ne pourra y faire obstacle ou en contrarier l’élan et la trajectoire.
El Moudjahid

Multimedia