Compte à rebours

Depuis l’apparition de la Covid-19, l’État s’est employé à y faire face avec tous les moyens humains et matériels. «Dès sa commercialisation, l’Algérie acquerra le vaccin, pour protéger les citoyens, quel qu’en soit le prix», avait déclaré le président de la République, Abdelmadjid Tebboune. En décembre dernier, il avait instruit le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, à l’effet de présider, sans délai, une réunion avec le Comité scientifique de suivi de la pandémie de Coronavirus, en vue de choisir le vaccin anti-Covid-19 et de lancer la campagne de vaccination dès janvier 2021.
La campagne va débuter avant fin janvier en cours, a révélé le président du Comité scientifique, le Dr Djamel Fourar. Ce dernier a rappelé que l’Algérie réceptionnera le premier lot du vaccin russe Spoutnik V (500.000 doses).
Selon l’avis de spécialistes, ce vaccin (classique dans sa conception et sa fabrication), présente peu de contraintes logistiques. Au-delà de ces avantages, il pourrait être fabriqué en Algérie. Outre le Spoutnik V, le pays va recourir à d’autres vaccins, compte tenu de la tension mondiale qui s’observe sur ce produit. Contrairement à certaines allégations, assez surprenantes, les autorités sanitaires ont opté pour des vaccins sûrs, dotés d’une bonne innocuité, avec moins d’effets secondaires. Toutes les conditions sont réunies pour mener à bien une opération qui constitue un premier rempart contre la propagation du virus.
Les pouvoirs publics ont mis en place les moyens indispensables en matière d’équipements, chambres froides et de congélation, composition d’équipes médicales et paramédicales…
L’importance de la vaccination n’est pas à démontrer. Associé à des dépistages efficaces, ainsi qu’aux mesures barrières en vigueur, un vaccin fiable constitue un outil de riposte essentiel contre la pandémie. C’est un des recours les plus efficaces pour briser la chaîne de transmission et de propagation du virus. Une sortie que l’on espère la plus rapide de la crise sanitaire est tributaire de la vaccination gratuite qui va toucher tout le territoire national. Elle est nécessaire, mais non suffisante. Par conséquent, obligation est faite pour les citoyens de continuer à respecter scrupuleusement les mesures d’hygiène préventives que sont le port du masque de protection, le lavage régulier des mains, ainsi que la distanciation physique.
On connaît les méfaits du relâchement, d’où la nécessité de rester vigilants, de s’habituer à vivre avec le virus.
Les autorités publiques misent énormément sur le civisme et la discipline de nos compatriotes. Dans ce front de lutte, ils sont les acteurs prépondérants d’un enjeu crucial et d’un défi majeur à remporter.
L’impératif est de faire front commun en se persuadant que la partie n’est pas gagnée, se garder de prêter l’oreille à certaines personnes qui distillent de fausses informations, à propos du vaccin.
Pour cela, un plan de communication d’envergure à l’effet de sensibiliser la population est nécessaire.
El Moudjahid

Multimedia