Avancées notables

La célébration de la journée internationale de la Liberté de la presse est un moment privilégié de réflexion, d’évaluation des réalisations entreprises et d’examen des perspectives pouvant conforter un système médiatique conforme aux aspirations des Algériens.
C’est aussi l’occasion de rendre hommage à tous ceux et à toutes celles qui ont fait de ce métier difficile un sacerdoce.
Dans le contexte né après l’émergence du Hirak, jamais l’exigence d’une information fiable et accessible à tous ne s’est posée avec autant d’acuité et d’urgence dans une Algérie en rupture radicale avec le passé.
Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a exprimé une volonté ferme d’impulser une dynamique essentielle à une information et à une communication qui soient un des actes fondateurs de la nouvelle République.
Les acquis, déjà enregistrés dans le secteur, et les faits l’attestent. Le paysage médiatique opère progressivement sa mue par une série de réalisations très encourageantes qui demandent à être fructifiées et valorisées. C’est de bons augures dans l’émergence d’un système de communication authentiquement performant et moderne. A l’heure où Internet et les réseaux sociaux s’immiscent partout, et pas souvent pour la bonne cause, où la violence cybernétique monte en puissance, il n’est plus nécessaire d’argumenter ou de justifier le besoin crucial de riposter à une véritable boîte de Pandore. Convenablement informés quotidiennement, sans restriction ni parcimonie, les Algériens seront prémunis contre la prolifération de discours nihilistes, aux incitations à la haine, suffisamment lucides pour n’accorder aucun crédit ni attention à des colportages insidieux.
Cela repose sur une communication ouverte, qui n’accepte aucune équivoque, ou tergiversation, ni aucun mur d’incompréhension.
C’est un antidote et une source de confiance majeure incontestable. La transparence est une injonction à laquelle personne ne peut plus se soustraire, face au rouleau compresseur des critiques malveillantes, des collusions spécieuses tendant à entraîner les citoyens dans les sentiers sans issue de la manipulation de masse.
L’action étant de l’ordre du concret, l’absence de réaction à l’égard de tous ces dangers est extrêmement préjudiciable.
«Abdelmadjid Tebboune a érigé la liberté de la presse en principe immuable dans la nouvelle Constitution, à travers un ensemble de garanties permettant au journaliste d’exercer son métier avec professionnalisme et déontologie», a indiqué le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer.
«Aujourd’hui, en aspirant à un avenir de plus en plus prospère pour la presse, nous prenons pour repères les sacrifices honorables et la transformation substantielle que connaît la profession à la lumière du processus d’édification d’une Algérie nouvelle. Nous nous attelons à la promotion de la presse pluraliste, libre et responsable qui soit un allié pivot dans le développement des droits de l’homme et des démocraties, dans la réalisation du développement durable», a encore souligné Ammar Belhimer.
C’est une démarche que la raison et le bon sens approuvent.
El Moudjahid

Multimedia