Projet du Port Centre d’El-Hamdania : lancement avant avril prochain

La wali de Tipasa, Labiba Ouinaz, a annoncé, samedi, la mobilisation des différents services concernés de la wilaya, à travers des préparatifs intenses, en vue du lancement, «au mois d’avril prochain au plus tard», du projet du port Centre d'El-Hamdania, à Cherchell.

«La réalisation du projet devrait générer près de150.000 emplois», a indiqué Mme Labiba Ouinaz, dans un point de presse animé au siège de la wilaya, assurant que les différents services administratifs de la wilaya sont «mobilisés pour la finalisation des derniers préparatifs et mesures» relatifs, entre autres, à l’«expropriation et l’indemnisation des propriétaires terriens, parallèlement au relogement d’un nombre de familles», a-t-elle dit, prévoyant le lancement du projet «au mois d’avril prochain, au plus tard».
La cheffe de l’exécutif local a signalé l’affectation, au profit du projet, d’une enveloppe de 6,281 milliards DA pour la réalisation d’une zone logistique et industrielle, sur une assiette de 2.600 ha, en plus d’une ligne ferroviaire et d’une pénétrante pour relier Cherchell à l’autoroute Est-Ouest au niveau d'El Affroune (Blida).
Un montant de plus de cinq milliards DA de cette enveloppe servira à l’indemnisation des personnes expropriées pour intérêt public, tandis que le reste est destiné à la réalisation de la zone suscitée et de la pénétrante, est-il précisé.
La wali de Tipasa a tenu, à l’occasion, à rassurer les familles résidant actuellement sur le site destiné à l’implantation du projet, au nombre de 250 familles, quant au fait que l’Etat «prendra en charge leur relogement dans le cadre de programmes de logements publics». «L’Etat n’abandonnera pas ses citoyens», a-t-elle affirmé.
Mme Ouinaz a également souligné «l’intérêt économique et stratégique» de ce projet pour Tipasa et pour toute l’Algérie, au vu notamment du «nombre de postes d’emplois directs et indirects (150.000), qu’il va générer», a-t-elle estimé. Concernant l’impact du projet sur l’environnement et le secteur de la culture, la même responsable a assuré que l’étude technique présentée dernièrement au siège de la wilaya a «pris tous ces aspects en considération».
«Nous œuvrons à être au diapason des préparatifs en cours à l’échelle centrale, car il s’agit d’un projet stratégique, et une coordination est en cours entre tous les intervenants», a-t-elle souligné.
Elle a également fait cas de propositions concernant les vestiges archéologiques présents sur l’assiette affectée au projet et dans son fond marin immergé, dont 24 canons de l’époque ottomane. «Le ministère de la Culture et des Arts va statuer à ce sujet», a-t-elle ajouté, assurant que la décision qui en découlera «permettra de réaliser ce projet sans toucher aux vestiges culturels, en se basant sur les conseils d’experts en la matière».
Mme Ouinaz a aussi signalé la «poursuite des études à ce sujet, même pendant la réalisation du projet, car il s’agit d’études complexes et minutieuses», a-t-elle dit, citant à titre indicatif sa demande de révision de la capacité théorique de production de la station de dessalement d’eau de mer intégrée dans le projet de ce port, en la portant à 20.000 M3/J, au lieu de 10.000 M3/J.
Elle a aussi fait part de la publication le 16 décembre 2020, sur le Journal officiel (JO), du décret exécutif portant création d’une Agence nationale de réalisation du Port du Centre de Cherchell, en tant que maître d’ouvrage placé sous la tutelle du ministère des Travaux publics, et déléguée pour le compte de l’Etat pour prendre en charge la gestion et le suivi de toutes les études et réalisations de ce port, son accompagnement et équipement. Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avait instruit, lors du Conseil des ministres tenu le 28 juin dernier, sous sa présidence, le Premier ministre de réétudier le projet du Port du Centre d’El Hamdania, dans la commune de Cherchell, avec le partenaire chinois «sur de nouvelles bases transparentes».
Le président Tebboune avait instruit le Premier ministre de «prendre de nouveau contact avec le partenaire chinois et d’étudier le projet sur de nouvelles bases transparentes pour le soumettre une seconde fois au Conseil des ministres, dans un délai maximum de trois mois», a souligné le communiqué du Conseil des ministres.
Réagissant à l'exposé présenté par le ministre des Travaux publics sur le projet du port du Centre, le président de la République avait rappelé les pertes occasionnées par son retard de réalisation à l’économie nationale en général, l’objectif stratégique de ce port étant le désenclavement des pays africains sans accès maritime avec ce que cela implique en termes d’impulsion de la vie économique et de création d’emplois.
Le projet sera financé par un prêt à long terme du Fonds national d'investissement (FNI) et un crédit de la banque chinoise Exim-bank of China.
Cette infrastructure portuaire sera réalisée dans un délai de sept (7) ans, mais sera progressivement mise en service dans quatre (4) ans, avec l’entrée d'une compagnie chinoise, Shanghai Ports, qui assurera son exploitation, selon les prévisions du ministère de tutelle.
La sélection du site d’El Hamdania, à l’est de Cherchell, pour l’implantation de ce projet s’est faite sur la base des premières études techniques ayant déterminé que cette zone est dotée d’un tirant d'eau (hauteur de la partie immergée d'un bateau) de 20 mètres, outre une large baie lui assurant une protection naturelle.
Ce futur port en eau profonde sera non seulement destiné au commerce national par voie maritime, mais aussi aux échanges à l'échelle régionale. La structure comptera 23 terminaux d’une capacité de traitement de près de 6,5 millions de containers/an, avec 25,7 millions de tonnes/an de marchandises.

Multimedia