Douanes : Les nouveaux statut particulier et organigramme finalisés

Le projet de révision du statut particulier des fonctionnaires des douanes et des corps assimilés, et le nouvel organigramme de ses services, à même d'améliorer les conditions d'exercice de cette profession, ont été finalisés, a annoncé, jeudi, une responsable auprès de la Direction générale des douanes.

La directrice de l'Information et de la communication par intérim à la Direction des Douanes, Nassima Allou Brikssi a déclaré à l'APS que les nouveaux statut particulier et organigramme ont été soumis au ministère des Finances, en tant que tutelle, pour examen. Le nouveau texte prévoit "une révision globale" des dispositions prévues dans le statut particulier, lequel renferme les droits, engagements et obligations des officiers et agents des douanes, dans le but "d'améliorer les conditions d'exercice de leurs missions souveraines, et de leur garantir de meilleures conditions de vie pour concourir à la réalisation des objectifs et missions sensibles de ce corps", a-t-elle expliqué. Le nouveau projet renferme également de nouvelles mesures, de nature à renforcer les mécanismes d'éthique professionnelle douanière. Ledit projet s'accompagne d'une révision de l'organigramme des services de Douanes pour davantage de synergie et de coordination, et afin de mieux répondre aux nouveaux défis, en veillant à assurer un service public à la hauteur des aspirations des usagers de la douane et réaliser les objectifs de ce corps dans la protection de l'économie nationale. Ces projets ont été réalisés de concert avec "tous les cadres et agents, ainsi qu'avec le partenaire social pour mieux répondre aux aspirations exprimées et partant leur permettre d'accomplir pleinement leurs missions, en sus d'augmenter leur opérationnalité et d'assurer l'efficacité des interventions et opérations de contrôle effectuées dans le cadre de la lutte contre la fraude, la contrebande et les crimes économiques transfrontaliers, a ajouté la même responsable, précisant qu'il s'agit également d'accompagner les opérateurs économiques et les usagers de la douane sur le terrain".

Le projet du nouveau système informatique avance à un rythme appréciable

Le projet du nouveau système d'information et de gestion informatisée des Douanes, réalisé en partenariat avec les Coréens, "est à un stade avancé", a déclaré jeudi à l'APS la Directrice de l'information et de la communication par intérim à la Direction générale des Douanes (DGD), Nassima Allou Bereksi.
Lancé durant le deuxième semestre de 2019, ce projet enregistre "une évolution appréciable" en dépit des difficultés résultant de la pandémie Covid-19, notamment en ce qui concerne le déplacement des experts coréens, a précisé Mme. Bereksi ajoutant qu'en dépit de ces conditions sanitaires exceptionnelles, les Douanes algériennes ont pu acquérir le matériel informatique nécessaire, et particulièrement le Data center. En outre, elle a fait état de l'avancement, grâce au travail par visioconférence avec les partenaires coréens, du guichet unique, "qui est l'un des piliers du projet du nouveau système d'information et de gestion informatisée des Douanes. Ce guichet englobe tous les intervenants dans l'opération de dédouanement, notamment les administrations et les dispositifs chargés des autorisations préalables.
Le nouveau système offre l'accès aux partenaires intervenant dans la chaîne logistique en leur permettant l'introduction de données ayant trait à l'opération de dédouanement, ce qui amènera systématiquement les secteurs économiques à adhérer au processus de numérisation. Le nouveau système d'information inclus également divers intervenants dans le dédouanement de marchandises, depuis le fret à l'enlèvement, le recouvrement et les exonérations, la gestion des dossiers en litige, la gestion des risques, les statistiques et la prospection, la simplification des procédures administratives et la numérisation de la gestion des ressources humaines.
Outre la gestion à distance et la réduction des délais, le nouveau système garantit l'efficacité des opérations de contrôle déféré et à postériori, a-t-elle poursuivi. La DGD a introduit les technologies numériques en 1995, avant de décider la mise en place d'un nouveau système d'information et de gestion informatisée en faisant appel à l'expertise des Douanes coréennes.

Multimedia