Elles ont inspiré le monde occidental : Quelques inventions de savants musulmans

Savez-vous qu’un certain nombre d’objets que nous utilisons au quotidien a été inventé par les savants musulmans ? Certains ont, en effet, inspiré les Occidentaux à en faire des outils plus évolués. Seulement, l’Occident a délibérément ignoré ou minimisé leur rôle dans la modernisation de la civilisation européenne.

L’appareil photo

C’est le savant irakien Al-Hassan Ibn Al-Haitham qui a inventé la première caméra, à l’origine de l’appareil photo moderne. Le nom caméra est d’ailleurs dérivé du mot arabe «qamara», signifiant une salle foncée ou privée. Ce savant est né en 965 à Bassora et meurt en 1039 au Caire. Il était à la fois mathématicien, astronome et physicien.
Il a découvert que la lumière entre dans l’œil et non l’inverse. Il a inventé le premier appareil à sténopé après avoir étudié la manière dont la lumière passe à travers des volets des fenêtres. Il est également le premier savant qui a transformé la physique, considérée comme une activité philosophique, en une activité expérimentale concrète.

L’arithmétique

Les «chiffres arabes», utilisés de nos jours ont été adoptés par les musulmans et hérités de la science indienne.
Le mot chiffre vient du mot arabe «es-sifr», traduit littéralement le vide et désignant le 0.
Les mathématiciens du monde arabe ont aussi créé de nombreuses inventions dans l’histoire de la mathématique. Le mot «algorithme» découle par exemple du nom du grand mathématicien Al Khwarizmi, le père de l’algèbre et l’auteur du Kitab al Jabr. La désignation des inconnues par la lettre x, «chay» signifiant «chose» a été aussi inventée par les Arabes. Les finalités de ces inventions ont rendu les calculs pratiques.

L’arabesque

L’ornement à la «manière arabe», connu sous le nom de l’arabesque, a été inventé par les Arabes.
Il évoque un rythme ininterrompu, un mouvement sans fin, une variation inlassable, une promesse d’infini. Selon le Coran, le paradis est «un jardin sublime dont les fruits à cueillir seront à portée de la main», d’où l’arabesque, utilisée dans la plupart des domaines et des techniques : illustration, ornement végétal, etc.

La médecine

Ils sont les pionniers dans le domaine de la médecine au Moyen-Age. Ils ont utilisé les savoirs de l’Antiquité ainsi que les enseignements d’Hippocrate et de Galien pour développer leurs propres savoirs. Les médecins arabes ont peaufiné l’art du diagnostic et la pratique clinique et ont mis au point les règlements de la profession. Ils ont découvert les vertus de l’alcool, du vitriol, de la térébenthine, de l’éther ou du mercure, les propriétés anesthésiantes de l’opium et du cannabis. Ils ont également étudié de nombreuses plantes, drogues animales, extraits minéraux, onguents, cataplasmes, cachets pour s’en servir dans le traitement des maux. Les chirurgiens musulmans utilisaient déjà les instruments de précision comme le scalpel en ces temps. La construction des premiers hôpitaux à Bagdad et Le Caire ont permis aux arabes d’améliorer et de diffuser les principes d’hygiène. L’encyclopédie Canon d’Avicenne est le plus grand héritage laissé par les arabes dans le domaine de la médecine. Près de 800 remèdes y sont présentés, résultats de ses recherches chimiques et pharmacologiques. Drogue, alambic, alcool, benjoin, benzène, élixir, soude, talc, ambre, safran, santal, séné… sont des termes d’origine arabe. Avicenne (Ibn Sinà, 980-1037) a découvert les descriptions de la méningite, de la pleurésie et écrit plus de 100 ouvrages médicaux et philosophiques.

Sur le même thème

Multimedia