vendredi 16 novembre 2018 20:07:22

ASO : Noureddine Saâdi ou le choix judicieux de Medouar

S’il y a bien un président de club qui fait l’unanimité quant à son bon choix des hommes appelés à défendre les couleurs de l’ASO, c’est bien le président des Lions du Chellif, Abdelkrim Medouar.

PUBLIE LE : 12-02-2012 | 0:00
D.R

Depuis qu’il a pris en main les destinées de l’ASO, il a su faire évoluer son club de toujours. Même lorsque l’équipe phare de la ville de Chlef, qui a vu naître de vrais talents du football enfantés par l’ASO, tels les Meksi, Bouhella, Megharia, Belgherbi, Benali, Talis, Bensalah et autres joueurs de grande qualité, n’avait que très peu de moyens sous sa coupe, Medouar a toujours su faire les choix qui s’imposaient. Qu’il s’agisse de celui des joueurs à ramener pour renforcer l’effectif constitué des joueurs du cru ou bien de celui de l’entraîneur. Après avoir remporté le titre de champion haut la main lors du précédent exercice, avec comme coach Meziane Ighil, qui a par la suite décidé de partir, le boss chélifien devait lui trouver un successeur à la hauteur des défis qui attendent cette saison encore les camarades de Samir Zaoui. En homme averti, qui a la réputation d’être celui qui fait des choix judicieux, Medouar n’a pas tardé à porter son dévolu sur un technicien qui n’est plus à présenter, qui a roulé sa bosse, fait ses preuves et qui a plus de 30 ans de terrain, en la personne de Noureddine Saâdi. Ce choix est en train de s’avérer des plus indiqués, puisque le plus dur  reste à faire pour ce driver réputé faire partie des meilleurs techniciens du pays : maintenir la dynamique du groupe auréolé par le grand succès de la saison dernière et, par conséquent, le maintenir en haut de l’affiche et de la hiérarchie dans le championnat national de Ligue 1 professionnelle, sachant que le plus difficile n’est pas d’arriver au sommet, mais d’y rester. Il fallait aussi être à la hauteur des attentes devenues grandissantes des milliers d’inconditionnels de l’ASO, dont le stade Madani-Boumezrag affiche comble à chaque sortie à domicile des Lions du Chellif. Ce qui est somme toute légitime de leur part.
L’ASO prenant de plus en plus d’envergure, cela n’a fait qu’amener Medouar à être très vigilant et exigeant vis-à-vis de lui-même quant au choix du nouvel entraîneur appelé à conduire l’ASO à bon port. Encore une fois, il a prouvé son intelligence sur la question en désignant Saâdi entraîneur. Le temps est en train de lui donner raison, puisque l’équipe chélifienne fait toujours partie des meilleures formations du championnat de cette saison. Mieux, elle compte parmi les plus sérieux prétendants au titre de champion cette saison, aux côtés de l’ESS, de l’USMA, du CRB et à un degré moindre la JSMB, l’USMH, la JSK et le WAT, qui ont toujours des chances d’aller chercher la consécration.
Il faut dire que là où Noureddine Saâdi pose son pied, l’équipe sous sa coupe parvient toujours à jouer les premiers rôles et à faire partie des meilleures.
Il a su tout d’abord s’adapter rapidement à son nouveau team en se faisant comprendre et adopter par le groupe et par le public chélifien, qui, faut-il le signaler, avait de sérieuses appréhensions à l’annonce du départ de Meziane Ighil. Seulement, Medouar a plus d’un tour dans son sac et sans hésitation aucune ni perte de temps, il a demandé les services de Saâdi.
Ce dernier réputé pour être l’homme des challenges et des situations difficiles est en train de prouver qu’il demeure une valeur sûre au sein de la corporation des entraîneurs algériens. Amoureux et passionné par son métier, travailleur et fin connaisseur en la matière, Noureddine Saâdi rêve de remporter le titre de champion avec l’ASO. Ce qui ne serait qu’une juste récompense pour ce valeureux technicien, qui, malgré la qualité avérée de son travail là où il est passé, a souvent été mal compris et victime d’injustice de la part de certains responsables de club qui lui ont fait subir des misères parce que gênés par son franc-parler. Il faut dire que n’ayant pas sa langue dans sa poche lorsque la situation va de travers ou l’exige, il a souvent fait les frais de sa franchise. On se souvient que, durant sa riche carrière et dans un passé pas très lointain, il a été poussé à quitter son poste, alors qu’il a exercé à l’USMA, en étant leader du championnat, figurez-vous bien… détaché de huit points sur son poursuivant.
Du jamais-vu  dans l’histoire du football !  Certains trouvaient même du plaisir à critiquer la manière de jouer de l’USMA afin de l’atteindre, ne trouvant rien d’autre à dire sur la qualité de son travail. Nous voulons ici rendre hommage à cet entraîneur, qui, ne l’oublions pas, faisait partie du staff technique dirigé par le chevronné Abdelhamid Kermali, aux côtés de Fergani et de feu Abdelhouab qui a donné le premier titre de champion d’Afrique à l’Algérie (CAN 1990 organisée par l’Algérie). Il est passé aussi par nombre de clubs prestigieux tels la JSK, le MCA, le CRB, l’USMA, l’ESS, l’USMH, le CSC et autres MOB. Il a fait sensation en Libye au Ahly Tripoli, à Al-Aïn aux Emirats arabes unis et autres clubs. Il a lancé de nombreux jeunes talents et continuent aujourd’hui à exercer son métier avec autant de passion et de dévouement. Sacré Noureddine Saâdi, l’infatigable homme des terrains ! Le président Medouar a eu la main heureuse en le désignant à la barre technique de l’ASO Chlef.
Le temps, du moins en ce moment, est en train de lui donner raison…
Mohamed-Amine Azzouz
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions