Nation

vendredi 25 septembre 2020

Séminaire international sur le sport féminin en Algérie : L’État soutient les efforts d’émancipation de la femme

PUBLIE LE : 22-02-2015 | 23:00

Mounia Meslem et Mohammed Tahmi assurent que «l’État soutient toute action au service de l’émancipation de la femme algérienne». Le Comité olympique algérien (COA) a organisé, hier à l’hôtel Hilton d’Alger, un séminaire international sur le sport féminin, avec, comme invités d’honneur, Mme Mounia Meslem, ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, et Mohammed Tahmi, ministre des Sports.
Ils ont fait part de l’intérêt que portent l’État et le gouvernement algériens au sport, en général, et au volet lié à l’émancipation de la femme algérienne dans le cadre du sport, mais aussi dans tous les domaines de la vie, en particulier. Mme Meslem dit dans son intervention : «L’Algérie œuvre à offrir à ses enfants, le cadre propice à leur épanouissement. La femme, qui est une composante importante de la société algérienne, a toute sa place dans notre pays, dans tous les domaines et à tous les niveaux. Elle le prouve tous les jours là où elle se trouve. Le sport est un réel vecteur d’épanouissement pour la femme. C’est pourquoi l’État et le gouvernement ne lésinent sur aucun moyen pour que la pratique sportive chez les femmes connaisse l’engouement nécessaire dans notre pays. Le sport est une source de bien-être auquel nous accordons l’importance nécessaire. Multiplions donc les actions envers le sport féminin, que se soit dans les grandes villes ou à l’intérieur, et dans les moindres recoins de notre grand et riche pays, l’Algérie.» Pour Mohammed Tahmi, qui a présidé l’ouverture du séminaire, «la nouvelle loi du sport et les nouveaux textes la régissant font obligation aux fédérations sportives d’avoir en leur sein, une représentativité féminine. C’est une décision du gouvernement qui démontre l’intérêt et l’importance qu’accordent les autorités du pays à la place prépondérante que doit avoir la femme algérienne dans la société, en général, et dans le domaine du sport, en particulier. Je suis contre le sexisme dans le sport. Le sport appartient aux femmes et aux hommes, et doit les servir de la même manière. L’Algérie a toujours été fière de ses championnes. Organiser un tel séminaire ne peut être qu’une bonne chose, et d’ailleurs, vos propositions seront les bienvenues». Le séminaire, qui a eu pour thème  «L’olympisme et le sport au service de l’émancipation de la femme», a vu la présence du président du COA, Mustapha Berraf, Hassiba Boulmerka, championne du monde, championne olympique, et présidente de la commission femme et sport du COA, ainsi que Lydia Nsekera, membre du CIO/Burundi, présidente de la commission femme et sport du CIO, Nese Gündogan, secrétaire générale du Comité olympique turc, membre du conseil exécutif de l’ACNO, Soumia Fergani, première femme arbitre de football, députée et membre d’honneur de la Fédération algérienne de football, Meriem Cherni Mizouni, lauréate du trophée femme et sport «la Tunisienne», et Iman Nefil, docteur en sciences sociales de l’université Paris-Sorbonne, maître de conférences et HDR, Nouria Benida-Merah, championne olympique et vice-présidente du CAO, Safia Mimouni, spécialiste en diabétologie et endocrinologie au Centre hospitalo-universitaire Mustapha-Pacha, le Dr Zoubir Ketfi, expert agréé par le CIO, et le Dr Gérard Coudert, du Centre du droit et de l’économie du sport-Limoges/France.

« Il est temps de mettre en œuvre une stratégie, ainsi qu’un plan d’action »
Pour Hassiba Boulmerka, qui a eu à prendre la parole, «en Algérie, le Comité olympique algérien, soutenu par les pouvoirs publics, a toujours exprimé cette volonté orientée vers l’émancipation de la femme par le sport et son introduction dans les différentes instances sportives. Je souhaite aujourd’hui, avec la panoplie juridique et réglementaire en vigueur, que la représentation féminine au sein des structures sportives nationales soit plus équitable et plus représentative de la société. J’espère qu’à travers ce genre de séminaire, on pourra faire avancer les choses. On continue à servir le sport, sa majesté le sport qui a changé le cours de ma vie au moment où les horizons étaient pour moi obscurs. Le sport doit continuer à illuminer nos vies et celle des nouvelles générations».  Pour sa part, le président du COA, Mustapha Berraf, a  exprimé sa joie de se retrouver parmi l’assistance, à l’occasion de la tenue de ce séminaire international sur le sport féminin en Algérie. Il dit, à ce propos, sa joie «sincère et réelle de revoir nombre d’entre les anciennes championnes et les personnalités sportives nationales porteuses d’espoir et qui constituent le pilier et l’avenir du mouvement sportif national, africain et international», en affirmant qu’«il faut analyser les progrès réalisés, discuter les problèmes qui perdurent et ensemble traiter les stratégies pertinentes de la politique à suivre pour relever les défis en vue d’instaurer une culture de sport basée sur l’égalité des sexes où la femme à un rôle important à jouer».
 Et de poursuivre : «Certains thèmes inscrits au programme de ce séminaire international ne manqueront pas de refléter l’importance des enjeux et des défis qui suscitent le développement du sport féminin au plan national comme au plan international, et le rôle extrêmement important que peuvent jouer les femmes à tous les niveaux. Il est temps de mettre en œuvre une stratégie, ainsi qu’un plan d’action afin d’assurer la participation pleine et entière des femmes dans le sport, dans les structures dirigeants et techniques, en particulier les postes à responsabilité.» En outre, il n’omet pas de rappeler que «la promotion de la participation des femmes dans le sport à tous les niveaux est l’une des principales préoccupations du COA, ainsi que celui des pouvoirs publics en Algérie. Cela est aussi l’une des importantes préoccupations du CIO d’ailleurs, ainsi que celle de l’Association des comités nationaux olympiques (ACNO)». Plusieurs thèmes on fait l’objet de débats, tels que «Sport, femme et santé», « Participation des Algériennes dans le sport et type de pratiques sportives», «Impact des politiques publiques visant la promotion des jeunes et des jeunes filles dans et par le sport». Des thèmes ayant pour vocation d’aboutir à des recommandations, pour pouvoir surtout les traduire sur le terrain, et ainsi faire avancer sensiblement et progressivement tout ce qui touche à la promotion du sport féminin en Algérie, pour contribuer à l’émancipation de la femme.
Mohamed-Amine Azzouz