Nation

lundi 12 novembre 2018

Objectif du ministere des Ressources en eau : Irriguer 2 millions ha de terres avec la possibilité d’utiliser l’eau de mer dessalée

PUBLIE LE : 13-01-2015 | 0:00

« Le projet d’atteindre l’objectif national de 2 millions d'hectares de terres irriguées en 2020, avec la possibilité d’utiliser l’eau de mer dessalée sera lancé lors du quinquennat 2015-2019», c’est ce qu’a annoncé hier à Alger, le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib, lors d’une conférence de presse animée au siège de la Société des eaux et de l’assainissement d'Alger (SEAAL).
M. Necib a expliqué que «l'effort de mobilisation des ressources en eau, qui a été consenti par l'Etat au profit du secteur agricole, sera poursuivi durant le prochain quinquennat et afin d’atteindre l’objectif de 2 millions d’hectares, il faut mobiliser environ 3,5 m3 d’eau.» Et d’ajouter : «ce projet permettra de diversifier la production agricole locale diminuant ainsi la facture d’importation du pays.»    
Selon lui, son secteur avait proposé de réaliser, durant les cinq prochaines années, 26 barrages, 4 grands transferts, 220 retenues collinaires, des puits, 60 stations d'épuration et d'équiper 230.000 ha de système d'irrigation moderne. Ces projets permettront à notre pays de disposer de deux millions d'hectares de terres agricoles irriguées contre 1,13 million d'hectares actuellement.  
Auparavant dans la matinée, Hocine Necib avait effectué une visite de travail et d’inspection au niveau de la capitale, où il a procédé en présence du wali d'Alger, Abdelkader Zoukh, au lancement des opérations de remplissage du barrage de Douéra. Le ministre a mis l’accent sur la nécessité d’achever dans les plus brefs délais, le boisement du bassin versant du barrage sur une superficie de 50 ha  dont 20 sont déjà en cours de réalisation.
Selon le chef du projet des grands transferts auprès de l'Agence nationale  des barrages et transferts, le remplissage de cet important ouvrage d’art s'effectue à un débit  d'1 m3 par seconde avant d'être porté à 4 m3. A ce rythme, le barrage, d'une capacité de 87 millions de m3, sera rempli dans 3 à 4 mois.
Déjà, le stock d'eau emmagasinée a déjà atteint 5,6 millions de m3. Les eaux du barrage seront puisées de l'Oued de Hammam Melouane où l'oued El Harrach prend sa source, selon des responsables du ministère des Ressources en eau.          
En plus des véliplanchistes, des pêcheurs, des agriculteurs et des riverains qui peuvent dorénavant profiter du barrage de Douéra, les activités de loisirs ont aussi récemment fait partie du projet.
En fait, les agriculteurs et amateurs de sports nautiques seront les grands bénéficiaires de la mise en exploitation de ce barrage. Un immense  plan d'eau de 1.000 hectares, qui devrait irriguer à terme quelque 17.200 ha de terres agricoles de wilaya d'Alger et de Blida.
Selon les responsables du secteur, quand le chantier a été ouvert en janvier 2005, le barrage avait en effet trois  objectifs : stocker l'eau à des fins d'irrigation, alimenter en eau potable une partie de la wilaya de Blida et réalimenter par infiltrations la nappe phréatique de la Mitidja. En l'absence d'un bassin versant, le barrage sera alimenté essentiellement grâce au transfert d'une partie des eaux de Hammam Melouane et de l'oued Mazafran,  tout proche.
L'ouvrage de dérivation Hammam Melouane-Douéra a été mis en service  en novembre 2009, tandis que la première partie de celui de Mazafran-Douéra le sera en 2018, selon les études techniques du projet.
Wassila Benhamed 

--------------------------------

La SEAAL installe l’E-paiement  au profit  des citoyens d’Alger et de Tipasa 
La Société des eaux et de l’assainissement d’Alger, (SEAAL) a procédé hier à la mise en ligne de son site  www.seaal.dz et vient de diversifier ses moyens de paiement par la signature d’un contrat avec SATIM pour le paiement électronique des factures d’eau, permettant ainsi à ses clients de régler leur facture via Internet, 24h24, 7j/7 et ainsi d’économiser du temps en transport et en attente.   En ce qui concerne le lancement du E-paiement des factures d’eau, celui-ci sera fonctionnel le mois de mars prochain.  
Dans ce cadre un accord de partenariat a été signé, entre M. Jean-Marc Jahn, DG de SEAAL et Mme Newel Benkritly, DG de la SATIM.  
La SEAAL a comme objectif prioritaire, conformément aux orientations gouvernementales, de faciliter la vie quotidienne des citoyens, notamment en ce qui concerne leur accès au Service public de l’eau.  Une des démarches incontournables pour chacun des 680.000 clients de SEAAL est de régler sa facture d’eau. Aujourd’hui, le paiement d’une facture est déjà facilité chez SEAAL, puisqu’il est possible dans n’importe laquelle de ses agences clientèle ou dans un bureau de poste, mais il oblige encore le client à se déplacer et à subir un temps d’attente sur place, variable en fonction de l’affluence.
Cette plate-forme de paiement électronique sera opérée par la Société d’automatisation des transactions interbancaires et de monétique (SATIM). Ce dispositif innovant, encore très peu utilisé en Algérie, fonctionne parfaitement, et présente un haut niveau de sécurité des opérations.
Selon les responsables de l’entreprise, les codes de paiement électroniques sont déjà imprimés sur les factures de l’opérateur et le déploiement opérationnel de ce dispositif, au profit de l’ensemble de ses clients, sera réalisé durant le 1er trimestre 2015. «SEAAL deviendra ainsi le premier Service public offrant à ses clients le paiement électronique de leur facture». Le site web SEAAL a été construit en prenant pleinement en compte les attentes exprimées par ses clients, à travers les dispositifs d’écoute mis en place. Il offre ainsi une information en temps réel sur le Service public de l’eau et de l’assainissement, notamment sur son actualité, ses nouveautés et les sujets qui intéressent les citoyens, des informations de qualité sur les grands enjeux de développement durable et nos métiers et une plate-forme de communication interactive avec le citoyen, lui permettant de donner son avis sur le service et de nous solliciter en cas de besoin.
W. B.