Nation

lundi 12 novembre 2018

Hocine Necib à partir de Jijel : “La wilaya dispose d’un des plus grands réservoirs hydriques du pays”

PUBLIE LE : 17-04-2013 | 0:00

De notre envoyée spéciale à Jijel Sihem Oubraham

Affirmant que «nous avons de la ressource “abondante” dans la mesure où les trois barrages de Kessir, El Agrem et Boussiaba sont remplis à 100%», le ministre des Ressources en eau, M. Hocine Necib, reste «convaincu qu’en termes du programme quinquennal 2010-2014, la situation va nettement s’améliorer dans le domaine de la distribution d’eau potable dans la wilaya de Jijel».

“Ma première mission étant évaluer l’état d’avancement et d’exécution de ce programme, je repars avec une certaine satisfaction dans la mesure où beaucoup de projets ont été réalisés dans cette wilaya», a-t-il estimé, soulignant qu’«il reste quelques projets qui sont programmés et dont le lancement est imminent, notamment dans le domaine de l’extension et la rénovation des réseaux d’eau potable». Dans une déclaration à la presse, en marge de sa visite de travail et d’inspection des projets relevant de son département dans la wilaya de Jijel, le ministre des Ressources en eau a donné des orientations au niveau du barrage de Kessir. Un ouvrage «qui est en train de déverser le surplus depuis décembre 2009», a-t-il rappelé, spécifiant qu’«il faut récupérer en aval cette eau pour la réutiliser soit pour l’eau potable ou  pour l’irrigation des terres agricoles».
Selon le ministère, le barrage de Kessir est rempli actuellement à 100%, Boussiaba à 98% et celui de Beni Haroun à 88%. Le barrage de Kessir a une capacité de 68 millions de m3 dont 36 millions de m3/an sont destinés à l’AEP de Jijel et El-Aouana et 12 millions de mètres cubes vont à l’irrigation des plaines côtières de Jijel. Considéré comme l’un des plus grands réservoirs hydriques du pays, le réseau de distribution de la wilaya de Jijel, selon M. Necib, «fera l’objet d’une réhabilitation pour assurer un meilleur approvisionnement du chef-lieu de wilaya et répondre aux besoins des populations».
Le ministre a indiqué que son département est en train de mener une série de projets de réhabilitation et de mise à niveau du réseau de distribution. Il s’est engagé à veiller «à renforcer les capacités de gestion de l’ADE. Nous pensons également intégrer, au cours de cette année, plus d’une dizaine de communes à l’ADE, car il faut absolument aller vers la professionnalisation du métier de la distribution de l’eau qui est un service public important, stratégique et sensible. Nous allons faire autant avec l’Office national d’assainissement», a-t-il développé.

Trois barrages remplis à prés de 100%
Il y a lieu de noter que les opérations les plus importantes, actuellement en cours de réalisation, sont l’alimentation en eau potable de Taher et des agglomérations environnantes à partir du barrage El-Agrem sur 43,8 km, la rénovation du réseau d’AEP d’El Milia sur 41,6 km, l’alimentation en eau potable des agglomérations de la commune de Ouled Yahia sur 14 km, les travaux de raccordement du réseau AEP du système aval du barrage de Kissir, la réhabilitation du système d’AEP d’El-Ancer - Belhadef et l’alimentation en eau  potable de Ouled Askeur. Il est, par ailleurs, prévu l’alimentation des communes de Djemila, Ben Yadjiz, Oudjana et Texana à partir du barrage de Tabellout. «Nous avons aussi enregistré les besoins pour le programme à venir, qui sont bien identifiés», a-t-il noté.  Dans ce contexte, celui-ci a précisé qu’en matière d’assainissement, «nous envisageons d’inscrire une station d’épuration pour la daïra d’El Aouana et El Kenar, dont les études sont déjà achevées». Concernant l’hydraulique agricole, la superficie agricole utile  à travers la wilaya est de près de 44.000 ha dont près de 7.000 ha sont irrigués.
Pour l’irrigation, la wilaya dispose de cinq petits barrages et de quinze retenues collinaires en exploitation d’une capacité de 2.2 millions de m3. « Je pense qu’on doit agir avec le ministère de l’Agriculture, afin d’offrir plus de possibilités d’extension de périmètres dans la mesure où cette wilaya a des terres fertiles», a-t-il suggéré. « Il y a une ambition locale et une volonté à vouloir développer ces périmètres ; je reste convaincu qu’au-delà du tourisme et de l’industrie qui est sur une dynamique de développement, l’agriculture est un axe important dans la stratégie du développement de la wilaya de Jijel ». En ce qui concerne le projet du barrage de Tabellout, M. Necib a tenu «à rendre hommage au wali et aux autorités locales de nous avoir bien accompagnés dans ce domaine ; j’estime que le projet a atteint sa vitesse de croisière. C’est un projet qui doit être livré à la fin de l’année 2014, voire début 2015».

Un taux de raccordement de 74% au réseau d’assainissement
Par ailleurs, le ministre a inspecté plusieurs projets, dont celui du renforcement de l’alimentation en eau potable (AEP) des villes d’El-Aouana et de  Jijel par le système de transfert des eaux du barrage de Kessir vers ces deux localités. Lors de cette visite, le ministre s’est rendu sur les chantiers des projets du barrage et du système de transfert de Tabellout, dans les environs de la commune de Djemila. Les ouvrages de ces projets ont un taux d’avancement de 37%, situés dans un site « difficile » au plan topographique ; ils fourniront plus de 20% des eaux à l’AEP (alimentation en eau potable) et 80% à l’irrigation, notamment d’une superficie de l’ordre de 30.000 hectares dans la région d’El Eulma, dans la wilaya de Sétif.
Plus loin, le ministre a notamment inspecté plusieurs projets relevant de son département. D’une capacité de 68 millions de mètres cubes, dont 36 millions de m3/an destinés à l’AEP de Jijel et El Aouana et 12 millions de m3 à l’irrigation des plaines côtières de Jijel, le barrage de Kissir a été inspecté par la délégation ministérielle. Pour ce qui est de l’assainissement, le taux de raccordement au réseau est de 74%.
La wilaya de Jijel dispose d’un schéma directeur, qui permet la suppression des rejets des eaux usées en mer, et ce, par la réalisation de systèmes d’épuration. Deux stations sont en exploitation. Il s’agit de la station d’épuration de Jijel et la station d’épuration d’El-Milia. La station d’épuration d’El-Kennar, dont l’étude est achevée, sera inscrite cette année, alors qu’il est prévu d’inscrire une nouvelle station à El Aouana en 2014. Le ministre a achevé sa tournée par une visite de la station de traitement et d’épuration des eaux (Step) de la ville d’El Milia, dont l’état d’avancement se situe à 90%, avec une capacité journalière de 20.000 mètres cubes.
S. O.

Artciles Connexes