Nation

mercredi 19 dcembre 2018

Etudes préliminaires de l’extension du métro Chevalley - Draria : Un bureau d’études portugais remporte le projet

PUBLIE LE : 12-03-2013 | 0:00

À l’issue de l’examen et de l’évaluation des offres techniques  et financières, le marché relatif à la réalisation des études préliminaires d’avant-projet sommaire (APS) et d’avant-projet détaillé (APD) de l’extension du métro d’Alger Chevalley-Dély Ibrahim-Chéraga-Ouled Fayet-El Achour-Draria a été attribué, provisoirement, au bureau d’études portugais, Ferconsult, pour un montant de 799,64 millions de DA et un délai de réalisation de 28 mois, a annoncé, hier, l’Entreprise du métro d’Alger (EMA).

Tout soumissionnaire contestant le choix opéré par le service contractant est invité à introduire un recours auprès de la commission des marchés compétente dans les 10 jours suivant la parution dans la presse de l’avis d’attribution du marché, et ce conformément à la loi en vigueur portant réglementation des  marchés publics, souligne cette même source.
S’étendant sur une longueur souterraine de 14 kilomètres, l’extension du métro d’Alger allant de Chevalley à Draria,  en passant par Dély Ibrahim, Chéraga, Ouled  Fayet et El Achour, prévoit pas moins de 14 stations.
Trois extensions de la ligne 1 du métro sont déjà en cours de construction. Il s’agit, en l’occurrence, de l’extension Grande-Poste vers la place des Martyrs, sur une distance de 1,69 km, de l’extension Haï El Badr-Aïn Naâdja sur 3,7 km, ainsi qu’un autre prolongement de Haï El-Badr vers El Harrach (4 km).      
En fait, c’est en novembre dernier qu’avait été lancé, par l’EMA, un avis d’appel d’offres national et international pour la réalisation des études préliminaires relatives aux  extensions de la ligne 1 du métro d’Alger, d’El-Harrach centre-Bab Ezzouar, Aïn Naâdja-Baraki et place des Martyrs-Bab El-Oued-Chevalley.
Au premier trimestre 2017, le projet d’extension du métro d’Alger couvrira une distance totale de 18 km. L’extension de la Grande- Poste à la place des Martyrs entrera en service en 2014, tout comme celle allant de Haï El-Badr à El-Harrach et de Haï El-Badr à Aïn Naâdja. Des études sont également en cours pour des extensions vers Chevalley et vers Bab Ezzouar. Quant aux dossiers relatifs au projet du métro d’Oran, ils seront réceptionnés à la fin de l’année 2013, avait fait savoir le DG de l’EMA, M. Omar Hadbi, dans une récente déclaration sur les ondes de la radio nationale.
Il convient de souligner, dans ce contexte, que le réseau du métro d’Alger s’étend actuellement sur une distance initiale de 9,5 km et comprend, dans une première étape, les stations de Haï El-Badr, Aïn Naâdja, la Grande-Poste et la place des Martyrs avant de relier Bab Ezzouar, Baraki, Chevalley, Chéraga, Ouled Fayet et Draria. La station actuellement opérationnelle comporte dix lignes : Grande-Poste, Khelifa-Boukhalfa, 1er-Mai, Aïssat-Idir, El-Hamma, Jardin d’Essai, Les Fusillés, Amirouche, Mer-et-Soleil, pour finir à haï El-Badr.

Pour rappel, la réalisation de ce projet avait été décidée dans les débuts des années 1980. Sa mise en œuvre avait été suspendue, voire totalement mise à l’arrêt, par la suite, faute de ressources financières, avant d’être relancée à la faveur des programmes d’investissements publics engagés par les pouvoirs publics dans le cadre du Plan de Soutien à la Relance Economique 2000-2005 et du Plan Complémentaire de Soutien à la Croissance 2005-2009. 
Et c’est durant l’été 2011, que les essais à blanc, avant l’exploitation commerciale du métro d’Alger, avaient débuté. Une dizaine de rames avaient alors effectué plusieurs rotations de jour comme de nuit.
La totalité de l’infrastructure sera inaugurée finalement le 31 octobre 2011. Et, aujourd’hui, le métro d’Alger transporte plus de 1 million de personnes par mois. «C’est loin de nos objectifs, selon M. Hadbi, mais cela représente tout de même une fréquentation quotidienne de 40.000 usagers.» Un chiffre tout à fait respectable quand on sait que c’est la seule portion de ligne de 9,5 km qui est exploitée commercialement.  
Il ya lieu de noter que l’État ambitionne également de doter Oran, deuxième ville du pays, d’une structure similaire. Sur 17 km, la ligne devrait compter 20 stations couvrant la ville d’est en ouest.  Dotée du deuxième métro souterrain sur le continent après le Caire, Alger dispose également d’un tramway et de plusieurs projets structurants, dans la perspective de   désengorger les axes routiers et alléger la circulation.
Soraya Guemmouri

Artciles Connexes