Sports

lundi 12 novembre 2018

Entretien, Lounès Gaouaoui (gardien de but) : “Ravi de rejoindre le CSC”

PUBLIE LE : 20-01-2013 | 0:00

L’ex-portier des Verts vient d’être transféré au CS Constantine, après un passage durant la phase aller à l’AS Khroub. Riche de son vécu et de sa riche expérience des terrains, il ne devrait certainement pas être de trop au sein de l’effectif de Roger Lemerre. Il nous parle de son choix de rejoindre le très populaire Club Sportif Constantinois.

Peu s’attendait à vous voir rejoindre le CSC lors du récent mercato d’hiver, un commentaire sur votre transfert ?
C’est le «mektoub», comme on dit. Comme le CSC était à la recherche d’un gardien de but, l’opportunité s’est présentée à moi et j’ai trouvé cette option de rejoindre ce mythique club très intéressante pour moi.

C’est donc un nouveau challenge à relever à 33 ans, n’est-ce-pas ?
Tout-à-fait ! Je suis assez motivé pour relever un nouveau défi dans ma carrière à 33 ans, comme vous le dites. Jouer au CSC est en lui-même motivant pour moi, surtout que le club est bien nanti cette saison, dispose de dirigeants et d’un staff technique sérieux et de haut niveau, et plus motivant encore, le formidable public constantinois devant qui tout footballeur ambitieux aimerait évoluer.

Vous sentez-vous encore capable de donner et d’apporter le plus attendu de vous ?
C’est clair, sinon je n’aurais pas accepté de rejoindre un club aussi prestigieux et du standing du CSC. J’ai un nom à défendre et je crois toujours en moi et en mes qualités. J’ai de l’expérience et un riche vécu que ce soit en club ou en équipe nationale. Je ferai en sorte d’en faire profiter mon nouveau club, à chaque fois que l’occasion se présentera à moi.

Comment s’est faite votre venue au CSC ?
C’est un concours de circonstance comme on dit. Le CSC avait besoin de recruter un gardien de but et mon désormais ex-club l’ASK ne pouvait pas me payer, en raison des difficultés financières qu’il connaît. Donc, tout s’est bien passé. Les conditions de mon départ au CSC étaient réunies. C’est mon manager Achouri qui a procédé aux discussions avec les dirigeants constantinois pour la concrétisation de mon transfert…

Auquel les responsables de l’ASK ne se sont pas opposés ?
C’est juste ! Ils ont été très corrects et honnêtes vis-à-vis de moi et je garde de mon passage au Khroub un très bon souvenir malgré, le difficile parcours que nous avons réalisé durant la phase aller qui est loin de répondre aux attentes des dirigeants et des supporters de l’ASK. Comme ils ne pouvaient me payer selon   ce qui a été convenu au départ, ils ne m’ont pas compliqué l’existence et m’ont facilité la tâche. Je tiens ici à leur rendre hommage et à les remercier du fond du cœur. Je compte à présent beaucoup d’amis à l’ASK et dans la ville de Khroub, que j’aurais le plaisir de retrouver à chaque fois que l’opportunité se présentera, surtout que je suis juste à côté à Constantine…

On vous sent déterminé à revenir au premier plan…
Je dirai que je me sens encore capable de donner et de jouer à un haut niveau. Il est vrai que j’ai traversé une période difficile après de grands moments vécus dans ma carrière que se soit au sein des clubs dont j’ai porté les couleurs ou bien en sélection nationale. C’est pourquoi, je redoublerai d’efforts au CSC pour être au top de ma forme et afin de gagner ma place, parce qu’il ne suffit pas d’avoir un nom pour avoir la garantie de jouer si l’on ne prouve pas ses qualités et sa belle forme sur le terrain.

On vous laisse le soin de conclure…
Il y a un gardien en place qui joue et on travaillera ensemble d’arrache-pied pour être en forme et défendre comme il se doit les couleurs du CSC. Le meilleur sera aligné. C’est la règle du jeu. Rien n’est jamais gagné d’avance. Aussi, le fait de travailler sous la coupe d’un technicien de la trempe de Roger Lemerre qui n’est plus à présenter et en soi très motivant. Je suis ravi de rejoindre un club comme le CSC.
Interview réalisée par
Mohamed-Amine Azzouz