Nation

dimanche 18 novembre 2018

Hommage à Mamia Chentouf : L’adieu à une battante

PUBLIE LE : 13-12-2012 | 0:00

Mme Amel Bendahou a souligné que sa tante «a fait un excellent travail de transmission de savoir et de pédagogie. Elle a su aider les autres sans pour autant nous négliger, nous ses nièces et ses neveux, qui étions considérés comme ses propres enfants».
Un vibrant hommage a été rendu hier à la mémoire de la moudjahida Mme Mamia Chentouf ainsi qu’aux autres martyres et symboles de la glorieuse Révolution de Novembre. Cette cérémonie a été organisée par le réseau Wassila/AVIFE en collaboration avec le palais de la Culture à l’occasion de la célébration du cinquantenaire de l’indépendance de l’Algérie. La présidente de l’association a souligné que «le nom de Mme Mamia Chentouf est honoré pour son caractère emblématique».
Et d’ajouter : «Elle a fondé la première association de femmes algériennes dès 1947, inscrivant d’emblée leur action dans la lutte pour la libération du peuple et la conquête de nouveaux droits pour les femmes algériennes». C’est surtout le témoignage émouvant de la nièce qui a suscité un impact considérable sur l’assistance.
A ce propos, Mme Amel Bendahou a souligné que «son souvenir restera toujours impérissable dans sa mémoire.» Mme Mamia Chentouf née Aissia en 1922 au village Haouz, près de Bensekrane, à Tlemcen, est issue d’une famille paysanne aisée. «Ayant accompli un parfait parcours de moudjahida, elle a tant donné pour ce pays durant la guerre de libération et même après l’indépendance», ont témoigné les femmes qui l’ont connue. A l’indépendance, Mamia a entrepris des études de sciences politiques et elle a fait partie en 1965 de la première promotion de l’indépendance. En 1966,  elle est devenue présidente de l’UNFA (Union nationale des femmes algériennes). Mme Mamia Chentouf nous a quittés le mois d’octobre dernier à l’âge de 90 ans.
Wassila Benhamed