Nation

lundi 19 octobre 2020

Forum de partenariat avec la diaspora algérienne établie aux USA : Les compétences algériennes à la rescousse

PUBLIE LE : 20-03-2012 | 23:00

Pour apporter leurs compétences et contribuer au développement  de l’Algérie,   le ministre de l’Industrie, de la PME et de la Promotion  de l’investissement, M. Mohamed Benmeradi, a appelé hier à Alger toutes les  compétences algériennes, partout à travers le monde, à contribuer dans le développement  de l’économie nationale. S’exprimant à l’ouverture des travaux  du forum de partenariat avec la diaspora algérienne établie aux Etats-Unis d’Amérique, le ministre a souligné qu’ «à travers votre réussite et vos référence, vous êtes la fierté de l’Algérie et aussi de son école qui vous a dispensé la formation de base et dans bien des cas la formation universitaire». Il a indiqué que «cet événement se situe au cœur de nos défis actuels, parce que notre population est composée majoritairement de jeunes dont la proportion représente aujourd’hui près de 70%». Avant d’ajouter que «les start-up ont pour vocation de véhiculer et d’introduire de l’innovation dans l’économie grâce au génie de la jeunesse».  
A cet égard, le ministre a indiqué être convaincu que «la promotion de start-up constituera à l’avenir un vecteur non négligeable, susceptible de contribuer de façon substantielle tant à l’amélioration des performances de l’économie  nationale qu’à la création d’emploi». Mettant l’accent sur l’objectif de cet événement, Benmeradi a indiqué que celui-ci constituera le point de départ d’une collaboration  étroite entre l’Algérie et ses enfants installés à l’étranger dont la population avoisine les 7 millions de personnes, parmi lesquelles un million et demi disposent d’une formation universitaires. S’adressant à la trentaine d’opérateurs économiques algéro-américains présents à cette rencontre de deux jours, M. Benmeradi leur à proposé d’identifier ensemble une démarche cohérente à l’effet de consolider la politique nationale de promotion de start-up et de créer un écosystème qui permettra de mettre  en  synergie les principaux acteurs concernés. Il  dira  par ailleurs que «l’Algérie dispose d’un important potentiel basé essentiellement sur ses ressources humaines hautement formées et d’un environnement favorable à la création de nouvelles entreprises, vecteur de richesses et d’emplois». S’agissant du niveau de la formation universitaire, le ministre a fait savoir que «le gouvernement a mis en place un important potentiel qui a donné lieu,  selon lui, à des résultats probants puisque chaque année quelque 160.000 diplômés  arrivent sur le marché du travail». Allant plus loin dans ses déclarations, le ministre a souligné que «l’Etat encourageait toute initiative visant  à instaurer une activité de substitution de la production nationale aux importations, dont la facture a atteint 46 milliards de dollars en 2011, et de réduire la dépendance de l’économie nationale aux hydro- carbures qui constituent 97%  des exportations».        

La main tendue aux jeunes
«Les représentants de la diaspora algérienne aux Etats-Unis étaient déterminés à contribuer dans le développement économique de l’Algérie  et le soutien des jeunes porteurs de projets à monter et à réussir leurs affaires». C’est ce qu’a indiqué hier le président du Conseil d’affaires algéro-américain, M. Smail Chikhoune. Il dira dans ce contexte que «les membres de la délégation qui m’accompagne ne viennent pas en super-Algériens. Au contraire, ils sont parfaitement conscients et reconnaissent les  compétences qui existent dans leur pays d’origine, l’Algérie». M. Smail Chikhoune a par ailleurs   souligné que la plupart des Algéro-Américains présents à ce forum sont les capitaines d’un important réseau de start-up activant dans la fameuse Sillycon  Valley aux Etats-Unis. Selon lui, ces mêmes représentants aideront financièrement et techniquement  des jeunes à créer des start-up dans des secteurs comme les nouvelles technologies  de l’information et de la communication(TIC). En marge de ce forum,               M. Karim Belaid, président et fondateur de Tijara International, a souligné que «dans la  recherche scientifique, nous avons des cadres algériens qui ont accumulé de l’expérience dans plusieurs domaines». Il a souligné qu’ «il faudrait que le gouvernement algérien fasse quel-que chose afin de lier ces cadres avec la jeunesse algérienne qui seront les entrepreneurs de demain».  Il affirmera dans ce sens que «le pays à  besoin  de leur contribution» avant d’ajouter que «le problème qui se pose maintenant au niveau mondial, c’est la globalisation. Donc, l’Algérie, en tant que pays, doit prendre en considération ce problème». Il ajoutera qu’il «faut encourager les entrepreneurs algériens à l’entreprenariat  et  il faudrait aussi penser à l’avenir à une stratégie qui soit validée par la Chine et d’autre pays émergents».
Makhlouf Aït Ziane
 

Artciles Connexes