vendredi 22 aot 2014 04:56:37

 Le tribunal criminel d’Alger examinera le 21 janvier,  l’affaire Mokhtar Belmokhtar et Abdelhamid Abou Zeid, ainsi que dix autres accusés dont 5 sont en état de fuite, pour appartenance à une organisation terroriste activant dans le Sud algérien et dans les pays du Sahel et atteinte à la sûreté de l’Etat.          
Les accusés sont poursuivis également pour les chefs d’accusation suivants : détention de produits explosifs et transfert de munitions et d’armes de guerre dans le but d’exécuter des attentats criminels sur le territoire national.          
Les services de la Sûreté nationale d’Alger ont réussi, en 2011, «à  démanteler des cellules de soutien et de logistique relevant de groupes terroristes activant à l’intérieur et à l’extérieur du pays et à faire échouer les plans  criminels de groupes terroristes activant dans le sud algérien et dans les pays du Sahel. Il s’agit de la Katiba Tarik Ibn Ziad, dirigée par Abdelhamid Abou Zeid (de son vrai nom Gadhir Ahmed) et des groupes terroristes dits «Saria  des Moulathamine», dirigé par Mokhtar Belmokhtar activant sous la bannière du  Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC).           
Cette organisation terroriste, composée de la Katiba Tarik Ibn Ziad et de la «Saria des Moulathamine», avait adopté une nouvelle stratégie, qui consistait à doter les groupes terroristes appelés «Mouvement du Sahara  pour la justice islamique» (MSJI), dirigé par Becheneb Mohamed Lamine, d’armes  et d’explosifs et à assurer l’entraînement des nouvelles recrues pour l’exécution  d’attentats terroristes en Algérie.         
 Ce mouvement avait planifié plusieurs opérations terroristes à l’intérieur  du pays ayant notamment ciblé des compagnies pétrolières dans le Sud algérien et des gazoducs.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions