jeudi 20 septembre 2018 08:51:33

Scellée entre le MSP, Ennahda et El Islah,  la coalition de l’Algérie verte entend constituer un bloc soudé en vue de la tenue des législatives du 10 mai 2012.
Elle a dévoilé les grandes lignes de son de son programme de campagne électorale, hier, au siège central du mouvement du MSP.
Le président de  cette coalition, M. Bouguerra Soltani, a annoncé, hier, que le programme de la campagne électorale contient cinq priorités, dont celle politique qui repose sur l'instauration  d'un régime parlementaire à travers un amendement de la Constitution. Une priorité est accordée à l’émergence d’une économie fondée sur   la relance des secteurs public et privé et d'un troisième axe dénommé «secteur de  solidarité», a indiqué M. Soltani qui a précisé que la priorité sociale touche à l'édification d'une société productive alors que la quatrième s’occupe du volet culturel. La cinquième priorité s’intéresse à la mise en place d’une diplomatie efficace, a-t-il encore souligné. M. Soltani déclare que c’est pour la première fois qu’un  programme  est soumis au débat public, à une expertise de gens compétents. Il  dépasse le simple cadre partisan pour prendre les contours d’un programme d’état. Le programme s’articule autour de 10 principes, 24 objectifs, contient 718 mesures étalées sur 43 axes et il s’étend jusqu’en 2022. Fateh Rebiai a déclaré que ce programme est réaliste, pratique, fondé sur le développement durable et veille à établir des institutions en phase avec les aspirations des citoyens. Hamlaoui Akkouchi a, quant à lui, déclaré que les islamistes sont capables de se fédérer et que la coalition va inaugurer une étape de la justice en transition. «La campagne électorale débutera à partir de Constantine pour affirmer notre appartenance au courant de l’imam Abdelhamid  Benbadis», un symbole que la coalition veut affirmer à  partir de cette ville. De manière plus prosaïque, la coalition plaide pour l’avènement d’une deuxième république, parlementaire, démocratique et sociale, selon les propos de ces initiateurs qui considèrent  que l’application  de   ce  programme est tributaire d’une réforme politique profonde qui ne parvient pas encore à voir le jour. La coalition est pour une amnistie générale pour en finir avec les séquelles de la tragédie nationale. Dans une réconciliation nationale, il n’y a pas de vainqueur ni de vaincu, affirment-ils, à l’unisson.                                                                                                                      

M. B.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions