Les médecins résidents déplacent leur protesta à Oran


PUBLIE LE : 08-06-2011 | 20:05

Ils sont venus d’un peu partout, d’Alger, de Blida,  et de la plupart des wilayas de l’Ouest bien décidés à montrer que les problèmes des médecins résidents ne sont pas spécifiques à une seule région, voire deux régions mais traduisent un malaise nationale que les conditions d’exercice de leur profession ne font qu’approfondir. Les blouses blanches représentés par  le collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra) ont commencé à planter le décor vers 9 h 30 du matin dans l’allée centrale du CHU d’Oran sous le regard  « neutre » des services de police mais judicieusement placés aux deux portes de sortie de cet hôpital pour prévenir tout débordement vers l’extérieur.
Cependant, à midi exactement, les médecins résidents, en nombre assez impressionnant, ont fait mouvement vers la porte « secondaire » de l’hôpital, prenant presque de court les services d’ordre qui avaient installé leur dispositif, de l’autre côté,  à l’entrée principale. Fermée précipitamment, le gros portail en fer ne résistera pas à la vague des blouses blanches qui se retrouveront d’un coup dans une ruelle à sens unique qui mène tout droit vers le boulevard du colonel Benzerdjerb, à la configuration Haussmannienne. Des tentatives presque musclées de certains agents pour les bloquer se sont soldées par un échec d’autant plus que cette ruelle assez étroite a été vite « remplie » débordée par les médecins … ce qui rendait pratiquement impossible   les manœuvres pour encadrer ou refouler à l’intérieur de l’enceinte de l’hôpital les centaines de résidents qui ont opté pour le pas de course  le long de cette ruelle, de peur d’être bloqués, quand cette ruelle se transformera en boulevard. Arrivés au niveau du boulevard Bendzerdjeb, et toujours au pas de course, les manifestants ont pris la direction du siège de la wilaya d’Oran. Le cordon de police, s’est automatiquement transformé en cordon « préventif » pour éviter tout accident de circulation sur  ce boulevard est a grande circulation. Sur leur parcours de nombreux automobilistes ont exprimé leur adhésion avec les médecins avec force klaxons. En 10 minutes chrono, les médecins arrivent au siège de la wilaya. Il n y aura aucun contact entre eux et un fonctionnaire de quelque niveau que ce soit de la wilaya. Ils resteront exactement 50 minutes pour reprendre le chemin inverse vers l’hôpital, un trajet qu’ils couvriront cette fois-ci en  50 minutes, prenant tout leur temps avec des slogans. Le service civil réel, effectif qui permette aux résidents d’exercer dans des conditions optimum leur mission, l’abrogation du caractère obligatoire de cette forme de travail et son remplacement par une procédure plus souple qui permette au médecin de choisir entre plusieurs options  et surtout la question des plateaux techniques ont été les principales revendications de cette catégorie hospitalière qui ne cesse de les rappeler depuis plusieurs semaines.
 M. Koursi


EL MOUDJAHID - QUOTIDIEN NATIONAL D'INFORMATION Edité par l'EPE - EURL El MOUDJAHID - 20, Rue de la Liberté - Alger - Algérie
Tél. : +213(0)21737081 - Fax : +213(0)21739043
Mail : info@elmoudjahid.com