dimanche 18 novembre 2018 07:51:59

Une stèle en hommage aux victimes de l’OAS en Algérie  et en France sera prochainement apposée dans le cimetière du Père-Lachaise, selon une délibération adoptée mardi soir par la mairie de Paris.          
"1961-1962, en hommage à toutes les victimes de l’OAS en Algérie et en France, civils, militaires, élus, magistrats, fonctionnaires, défenseurs  des institutions et des valeurs de la République", tel est le texte de la stèle  retenu par la mairie de Paris. Dans un exposé des motifs, les auteurs de la délibération ont indiqué  que la France a reçu l'onde de choc de la guerre de libération nationale, de 1954 à 1962, signalant qu’il a fallu attendre 1999 pour qu’une loi reconnaisse  enfin la nature de cette guerre.   Ils ont rappelé que depuis 2001, la Ville de Paris mène une action de mémoire historique, en apposant, entre autres, des plaques d’abord sur le pont  St-Michel en souvenir des victimes de la répression du 17 octobre 1961 et en  dénommant plusieurs lieux de Paris : la place Maurice-Audin, jeune mathématicien,  militant anticolonialiste disparu lors de la bataille d’Alger en 1957, victime  de la torture, la place du 8 février 1962, afin de se souvenir de la sanglante  manifestation de Charonne, la place du 19 mars 1962, rappelant la date officielle de cessez-le-feu en Algérie, non loin de la gare de Lyon.  Contactés par l’APS, des historiens se sont félicités de cette décision qui rend hommage aux victimes des exactions de l’OAS. L’historien et universitaire Olivier Le Cour Grandmaison a estimé que "c’est une nouvelle qui arrive à point nommé, car coincidant avec la commémoration des massacres du 8 février 1962 à Charonne". "Je ne peux que me féliciter d’une  telle délibération, en espérant par-delà la mairie de Paris, que les hautes  autorités du pays reconnaissent également les massacres du 8 mai 1945 à Sétif  (Algérie)". Pour l’historien Henri Pouillot, cette délibération est "importante  d’autant plus qu’en France, il y a une volonté manifeste du gouvernement de  chercher à réhabiliter l’OAS".  Créée d’abord à Madrid de façon embryonnaire au début de l’année 1961, l’OAS ne prend véritablement son essor qu’après l’échec du putsch militaire  d’avril 1961 à Alger. Entrant dans la clandestinité, ses membres entament une  guerre sans merci à l’encontre de ceux qui s’opposent à son action, tant en  France qu’en Algérie.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions