mercredi 03 septembre 2014 03:06:32

Les financements accordés par les banques à fin 2010 ont atteint 3.200 milliards de dinars, dont près 2.900 milliards de dinars accordés  aux petites et moyennes entreprises, a indiqué hier M. Abderrahmane Benkhalfa, délégué général de l'Association des banques et établissements financiers (ABEF)."Le montant global de financement accordé par les banques a été en 2010 de l'ordre de 3.200 milliards de dinars dont 2.900 milliards à près de 250.000 PME,  PMI et micro-entreprises avec un rythme d'évolution de 16%", a expliqué M. Benkhalfa sur les ondes de la Radio nationale. Avec l'instruction présidentielle de renforcer le secteur par la création  de 200.000 nouvelles PME, "il y a beaucoup à faire en terme d'accompagnement  de ces entreprises et celles déjà existantes à un niveau de compétitivité qui  confirmera leur bancabilité", a-t-il souligné. Cet accompagnement a déjà été entamé par les "banques qui procèdent  actuellement au développement, à un rythme important, du marché du leasing",  dira-t-il, relevant aussi l'émergence de sociétés à capital risque, les financements  par capitaux propres, l'investissement ainsi que celui de l'exploitation. Ce banquier a également plaidé pour moderniser les outils de financement,  réhabiliter la gouvernance du réseau des banques publiques ainsi que la répartition  des risques et des coûts entre les établissements de financement et les autres acteurs, a-t-il expliqué. Abordant le développement des moyens de paiement, M. Benkhalfa souligne  que l'infrastructure bancaire en place est en mesure de traiter entre 40 et 50 millions de chèques interbancaires en quelques jours, ce qui représente entre  300 et 400 milliards de dinars qui passent quotidiennement dans le système d'un  bout à l'autre du pays. Pour réduire le recours au paiement cash, l'infrastructure permet actuellement  de doubler le nombre de chèques traités, souligne le même responsable, ajoutant  qu'il existe 1.500 points sur le territoire national dotés de moyens de contrôle  des soldes. L'utilisation du cash devrait à terme être exclusivement consacrée aux  ménages, aux particuliers et aux salariés, quand aux grands opérateurs ils devront  utiliser les chèques pour régler les gros montants, selon le Délégué de l'ABEF.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions