mardi 28 janvier 2020 09:55:10

Les banques sont appelées à jouer un rôle important dans le financement "sain et durable" de l'économie nationale, a affirmé mercredi à Alger le ministre des Finances, Mohamed Loukal.

"Le rôle des banques, en contexte de difficultés financières, dans le financement sain et durable de l'économie, est plus que jamais crucial", a précisé le ministre lors de la cérémonie d'installation du nouveau P-dg de la Banque nationale d'Algérie (BNA),M. Ferahta Miloud. 

Il a, dans ce cadre, souligné que "l'implication plus rigoureuse du système bancaire et financier est fondamentale, à s'inscrire dans cette exigence, par une disponibilité de ressources adéquates, grâce à sa capacité d'amélioration des services bancaires et par une politique plus agressive d'offres de services innovants, y compris une politique de taux de placement plus attrayants".

En effet, "la collecte des ressources est l'un des talons d'Achille de notre système bancaire", a poursuivi- le ministre. M. Loukal a, à ce titre, précisé que les banques étaient interpellées à

améliorer leurs capacités à accompagner la création et le développement des entreprises notamment la PME productive.

Elles sont aussi appelées à participer, par des financements multiformes, à la croissance de l'économie nationale et à sa diversification.

Le ministre a saisi l'occasion pour inviter les banques à "développer d'avantage d'agressivité commerciale en matière de la collecte des ressources, notamment en direction de la masse monétaires non bancarisées, par une offre de services plus large et de produits innovants, notamment ceux liés à la finance participative devant permettre d'élargir les segments de clientèle des banques"

Il y a 4.500 mds de DA qui n'intègrent pas le circuit bancaire national, dont 2.500 mds de DA thésaurisés chez des particuliers, a-t-il rappelé.

Il a, dans ce cadre, affirmé que "l'amélioration et le développement de l'intermédiaire bancaire devrait nécessairement reposer sur la modernisation des systèmes d'information des banques".  Ces systèmes permettront une meilleure maîtrise du cadre managérial et de la gestion des banques, a-t-il soutenu.Il s'agit aussi, selon le ministre, de la modernisation des banques et établissements financiers qui devrait se tourner  résolument vers la numérisation, vecteur puissant, pour une " plus large inclusion financière, tant en terme de collecte de l'épargne qu'en terme de facilitation de l'accès au crédit".

Le ministre a également souligné que "la mise à niveau permanente de la ressource humaine des banques et de sa qualification, est capitale, en vue d'aborder la réforme financière par une aptitude plus marquée face aux nombreux défis notamment à l'égard de nouveaux métiers induits".

 

                        == La réforme de la gouvernance des banques publiques, un axe stratégique ==

 

Evoquant la réforme de la gouvernance des banques publiques, M.Loukal a indiqué que " dans la sphère bancaire, la réforme de la gouvernance des banques publiques, récemment décidée par le gouvernement, doit constituer, dans ce cadre, un axe stratégique majeur guidé par les principes d'autonomie, l'efficacité et l'obligation de performance".

Cette réforme "doit constituer le signal fort, de l'orientation des nécessaires réformes bancaires, à même de promouvoir la concurrence et davantage d'efficacité dans l'intermédiation bancaire", a-t-il ajouté.

Elle vise à "rehausser l'activité bancaire, à travers une meilleure gouvernance des Banques publiques, compte tenu de leur poids, dans la sphère bancaire et financière et des défis qui leur sont assignés, en matière de performance, d'efficience managériale et d'approches prospective", a expliqué le ministre. Selon lui, " il s'agit, à travers cette réforme (réforme de la gouvernance

des banques publiques ndlr), de l'amorce du processus de mise à niveau des banques publiques, afin de leur permettre d'agir en vecteur de développement économique du pays, en matière de bancarisation, d'inclusion financière et de financiarisation de l'économie pour une croissance inclusive".

Il a, dans ce cadre, réaffirmer que le début de la mise en œuvre "effective" des réformes dans les banques publiques, se fera à partir du 15 décembre courant, à travers l'intégration d'administrateurs indépendants au sein des Conseils d'administration de chaque banque.

S'adressant au staff de la BNA, le ministre a noté qu'il était attendu de cette banque une activation dans le sens de l’intensification, en matière de collecte de l'épargne, y compris en dynamisant l'action commerciale, et la poursuite des efforts de bancarisation et d'amélioration du niveau d'inclusion financière.

Il est aussi attendu de cette banque publique, la prospection active de nouveaux segments de clientèle par le lancement de produits d'épargne adaptés et l'élargissement de l'usage des instruments, ainsi que l'adoption des stratégies de communication actives pour soutenir une diffusion plus large des produits bancaires.

Créée en juillet 1966, la BNA, première banque commerciale nationale en Algérie, active particulièrement dans le domaine des prêts et de la gestion de l'épargne en faveur des familles et des entreprises. (APS)

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions