jeudi 14 novembre 2019 06:19:50

De "nombreuse catégories" échappent à l'impôt en Algérie, dont les redevances représentent presque "le double" du budget de l'Etat, a indiqué lundi Boubekeur Sellami, président de l'Association nationale des conseillers fiscaux : « Nous avons une pression fiscale très importante, mais elle ne touche qu'une partie de la population », a-t-il indiqué sur les ondes de la radio nationale. M. Sellami a cité notamment le secteur informel, les entreprises dissoutes, les contribuables non localisés, qui, a-t-il relevé, représentent un recouvrement avoisinant les « 12.000 milliards de dinars, soit presque le double du budget de l'Etat ». Il a, par ailleurs, fait savoir que le taux de recouvrement fiscal en Algérie oscillait entre 8 et 9% et pas davantage. Il a déploré l'inexistence d'une stratégie fiscale, au titre des différentes lois des finances appliquées depuis 2014. En principe, a-t-il poursuivi, la loi de finances pour l'année 2020 « doit corriger cette ligne, donc pouvoir enfin passer d'une fiscalité basée sur les hydrocarbures à une fiscalité ordinaire ».

Rédaction Web

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions