mardi 24 avril 2018 09:31:39

Une forte réplique du séisme, qui a frappé mardi soir, a créé un mouvement de panique dans plusieurs wilayas du Centre. Cette violente secousse tellurique de magnitude 5,0 sur l'échelle de Richter a provoqué un état de panique parmi la population, plusieurs habitants ont d’ailleurs quitté leurs domiciles. Les éléments de la Protection civile se sont très vite déployés sur le terrain dans la région d’Oued-Djer, dans la wilaya de Blida, l’épicentre de cette réplique, pour s’enquérir de la situation. Le tremblement de terre n’a causé aucune perte humaine ou dégât matériel, ont-ils indiqué. «Après reconnaissance par nos équipes, aucune victime ni dégât matériel n'ont été enregistrés», a précisé le colonel Achour Farouk, qui a fait état de citoyens paniqués, sortis dans la rue par crainte d'éventuelles répliques. Les services de la Protection civile ont indiqué n'avoir reçu aucun appel de secours, ajoutant que des unités effectuent des sorties pour s'enquérir de la situation. Selon plusieurs témoignages, ce séisme a été ressenti à travers tout Blida et certaines wilayas limitrophes, comme Alger Boumerdès, Tipasa, Tizi-Ouzou et Aïn Defla. La secousse a poussé des habitants des wilayas de Blida et d’Alger à quitter leurs domiciles. Il faut noter que l'historique des séismes en Algérie, rappelle le caractère «normal» et «ordinaire» qui fait du pays une zone à risque «modéré», suite à une activité régulière caractérisée, selon le recensement du CRAAG, par une centaine de répliques sismiques par mois.
Une sismicité due au choc frontal entre la plaque africaine et eurasienne. Il s’agit souvent de secousses superficielles qui sont en moyenne de 10 km de profondeur, donc moins violentes, atténuées par leur fréquence très courte. Les géologues expliquent qu’un séisme se traduit par la libération d’une énergie emmagasinée dans les entrailles de la Terre. Si la périodicité ou la fréquence des séismes se fait longue, il y aura donc une grande quantité d’énergie qui sera emmagasinée, donc à libérer, d’où un séisme plus violent. Par contre, si les séismes se produisent à des intervalles très réduits, l’énergie libérée sera petite et donc de faible intensité.
R. S.
 

Installation d’une cellule de crise

Une cellule de crise a été installée au niveau de la commune d’Oued Djer pour le suivi des séquelles de la secousse tellurique, a-t-on appris, hier, auprès des services de la Protection civile de la wilaya. La cellule, composée de directeurs exécutifs des secteurs de la Santé, la Population, les Travaux publics et l’Action sociale a pour mission le recensement des bâtiments fissurés. Nombreux parmi eux ont passé la nuit dehors, particulièrement ceux résidant dans des habitations précaires, ayant été endommagées par le séisme. Selon le P/APC d’Oued Djer, Chiker Yekhlef, les services de la commune ont prêté assistance à la population, dès les premiers instants de ce tremblement, tandis que la direction de l’Action sociale a mobilisé, sur place, des cellules de proximité pour la prise en charge des personnes affectées, dont les malades chroniques et les personnes âgées, a indiqué le directeur du secteur. (APS)
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions