vendredi 07 aot 2020 04:34:32

Ebranlés par des revers électoraux ou minés par des crises intestines, les principaux partis Verts européens, allemands, français ou néerlandais traversent une mauvaise passe. "Si on voit ce qui se passe chez les Verts allemands, où il y a un grand déballage après l'échec relatif aux législatives, quand on voit la débâcle des Verts hollandais, dans plusieurs pays, ça veut dire que l'écologie politique doit se réinventer", a déclaré Daniel Cohn-Bendit, coprésident des écolos au Parlement européen sur la radio privée Europe 1. En France, Europe Ecologie-Les Verts (EELV), qui participe au gouvernement socialiste, fait face à une tempête interne avec le départ d'une figure historique, le député Noël Mamère et l'éviction de son numéro un, Pascal Durand. EELV a été la 3e force politique en 2009 avec 16,3% des voix aux européennes, mais son entrée au Parlement en 2011-12 avec 17 députés et 12 sénateurs, malgré un score de 2,3% à la présidentielle, n'a été possible que grâce à une alliance avec les socialistes. Près de 70% des Français jugeaient vendredi dans un sondage OpinonWay que le parti ne propose pas d' "alternative politique". "Il y a une sorte de crise de croissance de l'écologie politique dans les pays où elle pesait le plus", analyse Tudi Kernalegenn, de l'université de Rennes (France).
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions