samedi 07 dcembre 2019 06:17:38

Les travailleurs algériens de l’entreprise brésilienne Andrade-Gutierrez, chargée de la réalisation du viaduc Transrhumel, à Constantine, ont entamé hier un nouveau mouvement de grève après celui observé en juin dernier, a-t-on constaté. Le secrétaire général de la section syndicale de ce chantier, affiliée à l’Union générale des travailleurs Algériens (UGTA), M. Samir Soualmia, a souligné que ce débrayage a été décidé pour "protester contre les tentatives de vider de sa substance l’accord signé le mois dernier entre les représentants des travailleurs et le directeur général d’Andrade-Gutierrez". M. Soualmia a précisé qu’à la signature de l’avenant précédant l’application des dispositions de la convention collective signée en 2009, la partie brésilienne "veut revoir les clauses de l’accord et refuse de les appliquer". Une réunion regroupe actuellement (lundi en fin d’après-midi) les représentants des travailleurs et le directeur de wilaya des Travaux publics pour "essayer de trouver un terrain d’entente", selon ce syndicaliste.
Les travailleurs algériens, au nombre de 380, avaient entamé un mouvement de grève en juin dernier avant de signer avec le patron de l’entreprise brésilienne un protocole d’accord portant sur trois points essentiels relatifs à "la prime d’indemnité de licenciement (prime de fin de chantier), le versement des primes de rendement individuel et collectif (PRI-PRC) et l’allongement de la durée du contrat de travail à un minimum de six (6) mois". Les tentatives de joindre le directeur des travaux d’Andrade-Gutierrez, M. Nelson Vasques, à propos de ce nouveau débrayage, sont demeurées vaines.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions