lundi 19 octobre 2020 16:29:35

Un vote pour le changement

PUBLIE LE : 17-10-2020 | 0:00 | EL MOUDJAHID

La campagne de sensibilisation sur le projet d’amendement constitutionnel s’accomplit dans une totale sérénité, loin de tout discours nuisible ou subversif. Il faut donc se féliciter du ton imprimé à ce large débat national.
Le staff gouvernemental, des personnalités nationales, des leaders de partis politiques, des syndicalistes sillonnent le territoire à l’effet de convaincre le citoyen d’aller voter, pour remporter le pari du changement radical et pour l'avènement d'une nouvelle ère.
L’adoption par les électeurs du projet de révision de la Constitution sera un signe de leur adhésion en faveur d’une Algérie qui abolit un présidentialisme quasiment sans contre-pouvoir, qui restaure les fondements de l’État de droit. Le 1er novembre prochain verra la concrétisation d’un des 54 engagements pris lors de la campagne électorale du président de la République Abdelmadjid Tebboune. La rupture avec le passé sera consommée, grâce à une prise de conscience massive du peuple.
Sans trop se justifier ou tomber dans les polémiques, il n’échappe à personne que les articles de l’amendement constitutionnel accordent une place de choix aux constantes nationales et aux principes de la Révolution du 1er Novembre 1954. Ils valorisent la mémoire collective et ses symboles. Une ligne patriotique est ainsi constitutionnalisée servant d’appui ferme à une société rassemblée autour d’objectifs vitaux.
Le legs de Novembre est une précieuse source d’inspiration, notamment pour les jeunes qui sont en devoir d’achever l’action de leurs glorieux aînés.
Le prochain référendum sur la Constitution est une étape décisive, un tournant important dont on mesure la portée. Il n’est pas étonnant que les partisans du statu quo ou de l’immobilisme dans tous les domaines tentent désespérément de compromettre un processus de redressement national irréversible. Il fallait leur signifier le bannissement définitif de leurs pratiques qui ont failli plonger le pays dans une faillite généralisée.
L’hostilité de ces cercles qui s’accrochent à leurs illusions a fait la preuve de leur volonté de contrecarrer les ambitions et les espoirs du peuple algérien et de son Hirak.
La future Loi fondamentale renforce les droits civils et politiques des Algériens, ouvre des perspectives très encourageantes pour la société civile, appelée à participer sérieusement dans la prise de décision à des niveaux élevés. La place est faite à des associations qui militent véritablement sur le terrain, et non pas à celles qui ne lorgnent que les subventions de l’État. C’est un fait inédit dans les annales de la démocratie participative.
Les questions liées au développement économique trouveront progressivement des solutions. Les gages d’une bonne gouvernance s’échafaudent pour le plus grand bénéfice d’une jeunesse formée et entreprenante, avide de faire ses preuves et de donner libre cours à son sens de l’initiative. Pour toutes ces raisons et pour d’autres, le peuple est seul habilité à décider de son destin, le 1er novembre. Il saura faire l’indispensable choix, en séparant le bon grain de l’ivraie.
EL MOUDJAHID

 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions