mercredi 15 juillet 2020 13:04:03

Les bases de la relance

PUBLIE LE : 02-06-2020 | 0:00 | EL MOUDJAHID

La question mémorielle est le socle de l’Algérie nouvelle qui a institué la journée du 8 mai 1945, «journée nationale de la Mémoire», lancé une chaîne de télévision de renommée internationale et instruit un approfondissement de la coopération avec tous ceux qui ont aidé l’Algérie combattante. «L’Algérie est en devoir d’avoir une journée nationale», a affirmé le Président Abdelmadjid Tebboune, lors de la réunion du Conseil des ministres, édictant ces mesures adéquates par fidélité aux sacrifices des martyrs et pour immuniser la personnalité nationale sujette aujourd’hui à des tentatives pernicieuses de falsification et d’occultation. Fière de son passé et de son engagement pour l’avènement d’un monde meilleur et plus juste, l’Algérie des réformes politiques et économiques, en proie aux soubresauts des vieux démons coloniaux, trace sa voie pour s’affranchir de la dépendance aux hydrocarbures et poser les jalons d’une économie diversifiée, portée par une élite scientifique et des compétences jeunes dans le domaine du savoir technologique, et pleinement ouverte à un partenariat national et international fécond. Cet objectif stratégique se renforce à l’aune de la stabilisation de la situation sanitaire, évoqué en Conseil des ministres, à la faveur de l’augmentation des laboratoires de diagnostic (de 1 à 6), la disponibilité des kits, l’intensification des enquêtes épidémiologiques et l’existence d’un stock suffisant de moyens de protection, de prévention et de traitement. Le déconfinement progressif des secteurs du bâtiment et des travaux publics, de certains métiers commerciaux à moindre risque ou ayant un impact sur la vie des citoyens, a été préconisé par le président de la République, appelant à apporter une aide aux petits commerçants exonérés d’impôts et aux personnes touchées par la pandémie auxquelles une allocation de 10.000 DA sera allouée jusqu’à la fin du confinement. Cet optimisme mesuré augure du retour progressif à la vie économique et sociale, pour garantir les conditions idoines de la relance économique. En levier de la croissance à taux élevé à court terme, évoquée par le chef de l’État lors de la rencontre avec les médias nationaux, l’agriculture, notamment saharienne, appelée à connaître une véritable mue dans la production céréalière, et l’industrie constituent le cœur battant du renouveau économique. De ce fait, le président de la République a ordonné un «recensement détaillé» des agriculteurs en attente d’un raccordement électrique. Il s’agit également d’œuvrer à une véritable industrie, débarrassée des «pratiques immorales» et soucieuse de garantir un véritable investissement, à travers un assainissement juridique transparent attractif, et la mise en place d’une industrie pharmaceutique tournée vers la satisfaction des besoins du marché interne et l’exportation.
EL MOUDJAHID 

 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions