lundi 06 avril 2020 01:12:30

Résistance et changement

PUBLIE LE : 26-03-2020 | 0:00 | EL MOUDJAHID
A la situation exceptionnelle — vécue par la wilaya de Blida, la plus touchée et en état de confinement total (54% de cas confirmés et 47% de décès), et la capitale, en confinement partiel, l’état d’alerte tout aussi exceptionnel interpelle toutes les bonnes consciences, et elles sont heureusement nombreuses, pour faire front commun contre une épidémie jusque-là contenue dans les limites d’une situation parfaitement maîtrisée.
 
Et même si, par anticipation, le durcissement des mesures prises par le président Abdelmadjid Tebboune, lors de la réunion du Haut Conseil de Sécurité, tend à conforter une riposte rigoureuse, progressive et organisée, la longue chaîne de solidarité humaine et la vigilance citoyenne sont les acquis indéniables de l’Algérie de la résistance à toutes les épreuves et du changement en ordre de bataille.
 
La conjoncture le veut. L’ordre de priorité commande, aujourd’hui, le combat individuel et collectif contre le coronavirus qui sera tôt ou tard vaincu par la détermination de l’Etat, mobilisant tous les moyens financiers, humains et matériels, et les capacités immunitaires d’un peuple uni et solidaire. Dans cette étape délicate, marquée par la résurgence «des plumes et des voix» de la discorde, la mission de service public a été rappelée opportunément à l’ensemble de la famille de l’information par le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer. Elle est tout aussi importante que le rôle des imams habilités, à travers une liste dûment établie, à intervenir dans les débats ou à faire des déclarations pour mettre fin aux fetwas à l’emporte-pièce des ‘‘exégètes’’ autoproclamés.
 
L’Algérie, qui résiste, prépare la voie à l’Algérie nouvelle pour concrétiser les promesses de changement radical. En recevant, mardi dernier, le président du Comité d’experts, le professeur Ahmed Laraba, le président  de la République a mis le cap sur la révision constitutionnelle consensuelle qui doit jeter les fondements d’un nouvelle République. La mouture de l’avant-projet des amendements, présentée conformément à la feuille de route en sept points édictée par le président Tebboune, ne sera toutefois adressée aux personnalités nationales, aux chefs de partis, aux syndicats, aux associations et aux représentants de la société civile, qu’après l’éradication du coronavirus. Sécurité nationale oblige.
El Moudjahid
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions