vendredi 03 avril 2020 21:28:14

Les voies de l’émergence

PUBLIE LE : 22-02-2020 | 0:00 | El Moudjahid
L’on ne peut que s’enorgueillir à l’égard de ce mouvement citoyen, né un certain 22 février 2019. Un vaste rassemblement d’Algériens, toutes obédiences confondues, hautement civilisés, faisant preuve d’un pacifisme exemplaire, qui a permis d’arrêter un inquiétant cycle de dégradation de la vie politique.
 
Le Hirak aura glané respect et admiration de la communauté internationale. A ce propos, l’histoire retiendra que l’Armée nationale populaire, à sa tête le Haut commandement militaire, a assumé ses responsabilités. Elle s’est rangée sans hésitation aux côtés du peuple, l’accompagnant dans ses revendications, dressée, avec une extrême fermeté contre des agissements hostiles, à l’effet de déstabiliser le pays et de l’entraîner vers le chaos. 
 
Pour le président de la République, le Hirak, béni, a sauvé le pays d’un effondrement total. Il a signé, dans ce sens, un décret présidentiel consacrant le 22 février «journée nationale de la Fraternité et de la Cohésion entre le peuple et son armée pour la démocratie». On ne peut espérer meilleure reconnaissance. Néanmoins, le chef de l’Etat, prône la vigilance face aux risques d’infiltration du mouvement tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. 
 
Le ministre de la Communication, Ammar Belhimer, porte-parole du gouvernement, estime, dans cet ordre d’idées, que la décision d’officialiser le 22 février est une preuve de sagesse, de clairvoyance et de courage politique. 
Dans ce sillage, des instances nationales et des formations politiques ont valorisé cette décision qui est une légitimation officielle des aspirations des citoyens.
 
Réaffirmant son engagement à œuvrer pour solutionner tous les problèmes en suspens, utilisant le langage de la vérité, dans un esprit d’ouverture, aussi bien dans ses consultations avec les partenaires politiques, les organisations de la société civile, les personnalités indépendantes, que lors de ses rencontres périodiques avec les directeurs des médias nationaux ou les journalistes étrangers, le Président Tebboune, aborde sans restriction, ni faux fuyants, des dossiers délicats. 
 
Il débat autour de tous les nombreux sujets qui sont au cœur des préoccupations les plus insistantes de nos compatriotes, tel le Hirak, dont presque toutes les demandes ont été satisfaites, les réformes politiques avec comme point d’orgue la révision de la Constitution, la moralisation de la vie politique, le changement radical du mode de gouvernance. 
 
Sur la situation économique le président  de la République accorde sa confiance à la jeunesse et aux opérateurs économiques honnêtes. La lutte contre la corruption et la mafia politico-financière  se poursuivra. De même en ce qui concerne   l’argent sale qui circule encore, les pseudos hommes d’affaires qui répondent de leurs méfaits devant la justice. Ce n’est là, qu’un énoncé succinct. L’œuvre de redressement national est ardue. Les déficits accumulés durant de longues années ne peuvent être comblés illico presto. Le chemin vers l’émergence est, néanmoins, emprunté dans une synergie d’efforts salutaires pour le pays et la nation. 
EL MOUDJAHID
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions