dimanche 12 juillet 2020 18:22:43

Liberté et responsabilité

PUBLIE LE : 13-01-2020 | 0:00 | EL MOUDJAHID

La liberté d’expression est irréversible. En sanctuaire inviolable, adossée au socle novembrien, elle représente un héritage historique consacré par la fin du monopole et de la pensée unique, et arraché de haute lutte contre l’obscurantisme et la décadence civilisationnelle. Riche d’un long parcours, solidement ancré dans la diversité et la pluralité, le paysage médiatique algérien reste, malgré tous les avatars d’une expérience gestationnelle, un modèle reconnu dans le monde par la qualité et la liberté de ton. La nécessaire préservation de cet immense acquis démocratique véhicule, aujourd’hui, l’exigence d’une adaptation aux mutations internationales, imposée par la révolution technologique et la dynamique de changement revendiquée en force par la société algérienne. Il s’agit effectivement  de repenser le système de communication, pour corriger les dysfonctionnements organisationnels et professionnels — et ils sont nombreux —, libérer la pratique journalistique de l’insulte, de l’invective et des atteintes à la dignité des personnes et, in fine, garantir «une pratique paisible des libertés». Le chantier de la «réforme globale», lancé par le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer, se décline en main tendue pour toute la famille de la communication, invitée à un «dialogue participatif et inclusif», pour s’inscrire dans une démarche partenariale en faveur de l’avènement d’une presse «libre et responsable, bannissant le monopole et la censure, privilégiant le professionnalisme». Le renouveau, inscrit dans l’engagement du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, favorise «l'indépendance et  la liberté de la presse, dans le cadre du respect de la vie privée, de l'éthique et de la déontologie, le rejet de l'injure et de la diffamation». Des ateliers seront lancés pour apporter «la plus-value» attendue. «Ces chantiers coïncideront avec l’initiation du dialogue national, dans le cadre de l’amendement de la Constitution qui donnera lieu à de nouvelles lois devant consacrer la pratique démocratique», a souligné le ministre, notant la contribution des professionnels de la communication dans la «consécration des libertés dans un domaine vital, levier d’autres secteurs». Face à toutes les dérives constatées, portant atteinte à la crédibilité du secteur de l’information, le sursaut médiatique est désormais incontournable.   
El Moudjahid
 

 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions