lundi 23 septembre 2019 03:35:40

LA DÉMOCRATIE, ENJEU MAJEUR

PUBLIE LE : 12-09-2019 | 0:00 | EL MOUDJAHID
Depuis la cinquième Région militaire à Constantine, où il se trouve en visite de travail et d’inspection, le chef d’état-major de l’Armée nationale populaire a clairement situé l’enjeu et la priorité de l’étape actuelle. Avec force, conviction et détermination, il a rappelé que la tenue de l’élection présidentielle dans les plus brefs délais et dans les meilleures conditions constitue un enjeu majeur pour notre pays, et que l’ANP accompagnera le peuple jusqu'à l'élection du président de la République. Il n’a pas omis de mettre en garde contre un agenda qui tente d'entraver ce processus en utilisant tous les moyens, notamment la désinformation systématique et le mensonge, en mobilisant tous les supports, médias et réseaux sociaux, tout en instrumentalisant les marches populaires et estudiantines, «en veillant à se mettre à la tête de ces marches et à brandir des slogans creux de manière répétée, servant leur vision aberrante et leurs objectifs».
Cet agenda hostile est celui de la horde égarée et de ses relais à l’intérieur et à l’extérieur. Il veut imposer une vision étriquée à la majorité du peuple algérien. Parce que la bande n’acceptera jamais le résultat des urnes, elle s’investit dans une alternative sans aucune perspective qui consiste à défendre le statu quo stérile qui expose la sécurité et la stabilité de l'Algérie à de nombreux dangers. 
Le rejet de l’élection présidentielle, sous différents prétextes, n’est ni plus ni moins qu’un refus à peine déguisé d’une minorité de prédateurs à ce que le pays accède à une véritable démocratie. Et c’est là en fait le plus grand des enjeux. Car une Algérie démocratique et stable, dotée d’institutions légitimes et fortes, saura mieux défendre ses intérêts, ceux de son peuple. Ce que la bande et ses relais refusent et refuseront toujours. Bien plus, ils résisteront et utiliseront tous les moyens, pour faire avorter ce processus. Mais ce dernier est porté aujourd’hui par des millions de citoyennes et de citoyens qui refusent que leur pays demeure dans l’incertitude, et, battant en brèche la propagande de la bande, ils n’hésitent plus à adhérer à la tenue de l’élection présidentielle avant la fin de l’année. D’autant plus que les conditions s’y prêtent. Désormais, ce n’est plus l’Administration, c’est-à-dire le ministère de l’Intérieur et ses démembrements, qui va l’organiser, mais une Autorité nationale et indépendante dotée de très larges prérogatives, dont l’installation ne saurait tarder. Le fait que les choses se sont accélérées a provoqué une grande panique chez les éléments de la bande, pour qui la perspective démocratique et patriotique n’est ni plus ni moins qu’une mise à mort annoncée.
EL MOUDJAHID
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions