C’est le moment !


PUBLIE LE : 11-07-2019 | 0:00 | PAR EL MOUDJAHID

Pour l’observateur objectif des événements que vit notre pays depuis bientôt cinq mois, le mouvement citoyen, quoi qu’on dise et quoi qu’on fasse, a déjà réalisé, avec l’accompagnement constant de l’Armée nationale populaire, de nombreux acquis, et non des moindres, parmi lesquels on peut retenir au moins deux. Le premier, c’est l’échec du cinquième mandat et la prolongation du quatrième, c’est-à-dire la mise à mort publique et populaire d’un régime politique dont les excès ont déteint sur les réalisations et les avancées. Le second réside dans la neutralisation d’une bande qui a fait de la prédation un exercice quotidien, à tel point que nul ne peut en évaluer avec exactitude l’étendue de la rapine et des dégâts occasionnés à tout un peuple, à tout un pays. Ce n’est pas peu, et, à eux seuls, ces deux processus cristallisent la forte volonté du changement souhaité et exigé par le plus grand nombre des Algériennes et des Algériens qui le font savoir chaque semaine à travers des marches imposantes à travers tous les villes et villages du pays. Bien entendu, si l’ancien régime vit ses derniers moments, demeure la mise en place du nouveau système politique auquel aspire le mouvement populaire. C’est là que des divergences apparaissent, beaucoup plus politiques et idéologiques, mais sans aucun doute exacerbées par la résistance des éléments de l’ancien régime qui disposent de relais politiques, financiers et médiatiques, et qui veulent sauver, entre autres, leurs parrains, aujourd’hui appelés à rendre compte devant la justice. La majorité des acteurs souhaitent que le passage de l’ancien au nouveau se fasse sans heurt, et dans le respect de la voie légale et constitutionnelle, à travers un dialogue national global et inclusif, afin d’élire, dans les meilleures conditions possibles de liberté et de transparence, le nouveau président de la République auquel reviendra la tâche de mener les réformes indispensables sur la base d’une compétition ouverte entre les programmes et entre leurs animateurs. La minorité, sous le prétexte que des personnalités emblématiques de l’ancien régime sont toujours là et que cette situation n’est pas concevable, estime qu’il faudrait faire table rase de tout ce qui existe et aller vers une transition plus longue avec des institutions ad hoc chargées d’élaborer une nouvelle Constitution sur la base de laquelle sera élu le nouveau président de la République. À l’évidence, en prônant un tel chemin, les quelques partis qui la composent sont plombés par une guerre de position et ne semblent nullement se soucier du danger que présente tout vide institutionnel ou constitutionnel quant à la stabilité, à la sécurité et à la cohésion du pays et de la nation. Or, le chemin le plus court et le plus sûr, sans élargir davantage les divergences existantes et sans verser dans les surenchères idéologiques, identitaires et régionalistes, c’est d’aller, au plus vite, à l’élection présidentielle, avec des mécanismes démocratiques éprouvés, comme la création d’une Autorité indépendante d’organisation des élections et la révision de la loi électorale. Parce que cela permettra le départ définitif des figures emblématiques de l’ancien régime et mettra à l’aise le nouveau président légitime qui sera élu et non désigné, et qui disposera alors du temps et des moyens nécessaires pour réaliser sa feuille de route à laquelle auront adhéré, de manière pacifique et démocratique, ses compatriotes. À l’évidence aussi, on ne continuera pas à tromper l’opinion publique en lui faisant croire qu’on pourrait construire un système démocratique en usant de méthodes antidémocratiques, fussent-elles consensuelles ou collégiales. C’est dans ce sens et même si l’élection ne constitue pas un but en soi, nul démocrate ne peut soutenir qu’elle constitue une option, car, avec toutes les fragilités dont elle peut être entourée, elle est inévitable et incontournable, sauf, bien entendu, pour ceux qui estiment qu’ils n’ont aucune chance d’être choisi librement et souverainement par le peuple, à l’issue d’un scrutin libre et transparent et qui veulent reproduire les pratiques de la cooptation et de l’allégeance qu’ils n’ont pas cessé de dénoncer du reste sans craindre le ridicule. Et c’est pourquoi, c’est vraiment le moment d’entamer avec sérénité et responsabilité le dialogue global inclusif, où il faudrait réduire les divergences, fédérer toutes les énergies et toutes les compétences, en évitant les provocations et les débats stériles, et en faisant des concessions ou des compromis afin de ne pas régresser et d’aller de l’avant.
EL MOUDJAHID


EL MOUDJAHID - QUOTIDIEN NATIONAL D'INFORMATION Edité par l'EPE - EURL El MOUDJAHID - 20, Rue de la Liberté - Alger - Algérie
Tél. : +213(0)21737081 - Fax : +213(0)21739043
Mail : info@elmoudjahid.com