mercredi 19 juin 2019 03:07:18

Avancer, oui avancer

PUBLIE LE : 27-05-2019 | 0:00 | EL MOUDJAHID

On sait que seulement deux candidats potentiels ont déposé leur  dossier de candidature auprès du Conseil constitutionnel, et qu’il faille attendre quelques jours la délibération de ce dernier pour qu’on sache si la présidentielle du 4 juillet sera maintenue ou reportée. En attendant, les débats continuent au sein du mouvement populaire, entre politiques et experts, quant à la meilleure solution de sortir de la crise à laquelle nous sommes confrontés. Sans compter les feuilles de route qui se multiplient. Au-delà des divergences entre partisans d’une élection présidentielle dans les délais constitutionnelles, d’un léger report, d’une transition courte ou longue, il y a l’avis des constitutionnalistes pour lesquels si le Conseil constitutionnel déclare la suspension de l'élection présidentielle, en raison, notamment d'absence de candidats, son annulation est impossible, et aucune instance ni institution ne peut arrêter le processus électoral, quelle qu'en soit la circonstance. Ce qui veut dire que l’élection, socle au demeurant de toute démocratie, n’est pas une option, mais un impératif, et que si, pour des circonstances particulières comme celles que nous vivons, elles ont été reportées par l’ancien président, dont le seul souci était de se perpétuer au pouvoir, la résurrection citoyenne veut non seulement renouer avec la légalité constitutionnelle, mais aussi et surtout réunir toutes les conditions de succès d’élections libres et transparentes. Les acteurs de la scène politique sont conscients que nous vivons un moment singulier, certes relativement court, mais d’une grande densité historique porteuse de belles perspectives. Comme ils sont conscients de la nécessité de ne pas s’embourber dans des surenchères idéologiques, et de négocier ce tournant plus que stratégique avec le plus d’atouts démocratiques possible. En premier lieu, arrivent la création d’une instance d’organisation des élections et la révision de la loi électorale. Certains veulent bien discuter d’autres points. L’élément qui pousse à l’optimisme réside sans doute dans le fait que le mouvement citoyen et le Haut commandement de l’Armée nationale populaire sont en symbiose, pour que le caractère pacifique de la mobilisation se poursuive et que les revendications légitimes se concrétisent de manière graduelle. Il serait naïf qu’une telle entente ne soit pas perturbée par les gros poissons qui nagent en eau trouble, d’autant plus que l’opération «Mains propres», autre revendication du mouvement populaire, est menée avec une grande détermination par la justice contre la corruption et les prédateurs de tout acabit. La décantation est en train d’augurer une issue positive, même si les inquiétudes, notamment économiques et sociales, demeurent, surtout dans le cas où la crise perdure. Les appels de plus en plus nombreux au dialogue inclusif constituent certainement la plus précieuse des avancées enregistrées, car cela permet aux différents acteurs d’avancer sans masque, de débattre librement et de se mettre d’accord avec une feuille de route réaliste et pragmatique qui permet l’élection d’un président de la République dans les meilleures conditions de liberté et de transparence. Ce dialogue si précieux pour l’avenir de la nation, mieux vaut l’engager le plus tôt possible. Il s’agit d’un réel défi, mais nous devons avancer.
EL MOUDJAHID

Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions