mardi 25 juin 2019 05:54:02

Libre choix

PUBLIE LE : 15-04-2019 | 0:00 | EL MOUDJAHID

La Constitution insiste sur la nécessité de consacrer la primauté des droits et des libertés individuels et collectifs, pour protéger la règle du libre choix du peuple dans le but de conférer la légitimité à l’exercice des pouvoirs et de consacrer l’alternance démocratique par la voie d’élections libres et régulières. C’est justement ce à quoi sont invités les électeurs en juillet prochain. Car, après les élections locales et législatives, le temps est venu de désigner la personnalité qui sera au sommet de la pyramide politique afin d’incarner le pouvoir exécutif.
Néanmoins, l’édifice institutionnel ne pourra être parachevé, car l’exercice n’est pas sans faire appel au principe de la séparation des pouvoirs ou encore la consécration du contrôle de l’action des pouvoirs publics. Ce sont là des revendications des manifestants qui demeurent aussi attachés à la réduction des inégalités sociales et à l’élimination de toutes les disparités.  Si, pour l’instant, l’économie est réduite au second plan, il n’en demeure pas moins vrai que le développement est seul à même d’ assurer une existence digne à des millions d’Algériens qui veulent, à juste titre, une distribution équitable des richesses sans que le débat sur leur production soit vraiment abordé. Pourtant, l’avenir de la jeunesse dépend grandement de cette donne, et elle est appelée à s’engager pour relever les défis économiques. D’autres défis ne sont pas à négliger, comme la préservation du pays contre toute menace extérieure, notamment le fléau du terrorisme.
À ce titre, le renforcement de la cohésion nationale et la consécration de l’esprit de solidarité doivent contribuer à épargner les divisions inutiles et à tendre vers la sauvegarde de l’indépendance et la défense de la souveraineté nationales, de l’unité et de l’intégrité territoriales du pays.
L’attachement à ces valeurs est accompagné par le respect des principes de la Constitution, pour bâtir une société libre. De nombreuses voix ont réclamé une nouvelle Constitution pour fonder une IIe République apte à créer des mécanismes à même d’élargir les possibilités de participation au mécanisme de prise de décision. En juillet prochain, les électeurs auront à effectuer leur choix, à l’occasion de la présidentielle, comme l’a souligné le chef de l’État, M. Abdelkader Bensalah, dans son discours, pour concrétiser les aspirations du peuple, et qui a donné la preuve de son attachement à construire des institutions démocratiques.
El Moudjahid

 

Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions