vendredi 16 novembre 2018 20:08:39

Clarté

PUBLIE LE : 08-11-2018 | 0:00 | EL MOUDJAHID

La tenue hier d’une réunion de coordination entre les animateurs des quatre principales formations politiques, qui constituent la majorité au sein des institutions élues de la République, s’inscrit dans le processus de mise en œuvre d’un mouvement de soutien au Chef de l’État, dans la perspective de la prochaine élection présidentielle. Le FLN, le RND, TAJ et le MPA ont ainsi décidé de formaliser leur relation et d’entamer la préparation du rendez-vous d’avril prochain.
Une telle réunion vient à point nommé, pour mettre fin aux rumeurs et aux appréciations pour le moins légères quant à la solidité de l’alliance conclue entre les partis de la majorité présidentielle.
Oui, en l’absence d’un programme sérieux et solide de nature à convaincre les Algériennes et les Algériens, pour se présenter comme une alternative crédible, l’opposition disparate et divisée, sans ancrage et sans visibilité, tente de spéculer sur les liens qu’entretiennent les partis de la majorité entre eux, amplifiant leurs petites escarmouches — tout à fait anodines au demeurant — dans l’espoir de les opposer avant de les neutraliser. Cela avait débuté avec l’initiative estivale mort-née du MSP, qui s’est avérée une grossière manœuvre sans véritable contenu, pour se poursuivre avec d’autres initiatives les unes plus saugrenues que les autres.
À l’évidence, se positionner uniquement par rapport à l’attitude et au comportement de la majorité présidentielle est devenu l’exercice quotidien de personnages donquichottesques qui ne cessent de spéculer sur de prétendues guerres des clans ou des divergences au sommet de l’État.
À l’évidence aussi, cet exercice si peu productif ne peut être que la résultante d’un manque de confiance flagrant, mais aussi d’un grand réalisme, parce que dans les faits, cette opposition, qui peine à s’agglomérer, est tout à fait consciente de son incapacité à peser sur une échéance aussi décisive que la présidentielle. D’où cette quasi-obsession non pas de centrer le débat sur un quelconque programme politique qui concurrencerait celui du Chef de l’État, mais de convoquer des lieux communs et de s’opposer, rien que pour s’opposer, au cinquième mandat ! Plus constructive et plus consciente des enjeux nationaux et mondiaux, la majorité présidentielle avance avec certitude, détermination et conviction, en rangs serrés, avec à chaque fois une adhésion de poids, parmi les autres formations politiques, syndicales ou patronales. Et sa démarche est d’une si grande clarté, que certains aveuglés ou devenant des oracles politiques n’hésitent pas à claironner qu’il y aurait un manque de visibilité ou qu’il existerait même des scénarios cachés !
    EL MOUDJAHID

Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions