lundi 15 octobre 2018 23:38:12

Désinformation

PUBLIE LE : 11-10-2018 | 0:00 | EL MOUDJAHID

Au terme de sa visite au Niger, Felipe Gonzalez Morales, Rapporteur spécial du Conseil des droits de l’homme sur les droits des migrants, a tenu, lors d’une conférence de presse, des propos pour le moins partiaux, dont la tonalité s’apparente à une propagande mensongère.
Sinon comment comprendre le fait que son «rapport» ne contienne pas des données capitales concernant l’ampleur du flux migratoire illégal et clandestin auquel notre pays est confronté. Quotidiennement, plus de 500 migrants arrivent, à partir du Niger, aux frontières sud de l’Algérie. Cette migration massive constitue une menace sérieuse sur notre sécurité et notre stabilité. En outre, le Niger, et particulièrement Agades, où s’est rendu le fonctionnaire onusien, sont devenus la capitale du trafic des migrants, où 14.000 passeurs travaillent, en toute impunité, en direction de l’Algérie et de la Libye.
Ces omissions de la part du fonctionnaire onusien sont-elles involontaires ou préméditées ? Tout porte à croire qu’elles obéissent à une logique malsaine, celle de mener une campagne de propagande contre notre pays en faisant appel à la manipulation de l’information. Sinon comment comprendre que le rédacteur dudit rapport n’ait tenu compte que d’une seule source, celle des «passeurs», car à aucun moment il n’a daigné se rendre en Algérie recueillir un autre point de vue, en visitant Tamanrasset et In Guezzam, pour ne pas se contenter de distiller des informations partielles et souvent ne reflétant pas la réalité. De plus, le timing choisi pour publier le dit rapport — c’est-à-dire au moment où le dialogue entre le Maroc et le Polisario allait reprendre, au moment où un processus politique libyen est en bonne voie, au moment aussi où le rôle stabilisateur de l’Algérie est reconnu au niveau international — nous indique que sa rédaction obéit à des lobbies dont l’objectif est de nous présenter sous un mauvais jour et nous fragiliser. C’est pourquoi l’Algérie rejette les assertions de M. Felipe Gonzalez, «globalement et dans le détail», car ce dernier, «non seulement outrepasse les limites de son mandat, mais prend pour vérités, les allégations des personnes reconduites à la frontière pour séjour illégal», selon les termes du communiqué de notre ministère des Affaires étrangères. C’est pourquoi aussi et de concert avec les pays d’origine et de transit, l’Algérie continuera à mener une lutte implacable contre la traite humaine et les réseaux de passeurs, qui fait partie intégrante de la lutte globale contre le crime organisé transnational.
En se taisant sur le comportement de certains pays qui tirent sur les migrants, à l’exemple de notre voisin de l’Ouest, et de beaucoup d’autres, en Europe ou en Amérique, qui ferment toutes les routes migratoires, procèdent à des expulsions massives et installent des barbelés, et en se focalisant sur l’Algérie et en se permettant de lui donner des injonctions, M. Gonzalez fait preuve d’un parti pris manifeste, en prolongeant une opération de désinformation.
EL MOUDJAHID

Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions