mercredi 14 novembre 2018 21:41:34

Centralité reconquise

PUBLIE LE : 13-09-2018 | 0:00 | EL MOUDJAHID

En procédant cette semaine à la fermeture de la représentation de l'OLP à Washington, l’Administration Trump n’a fait qu’aller encore plus loin dans ses actes de rétorsion pris contre les Palestiniens, avec l’intention déclarée et un rare cynisme de briser leur résistance sur tous les plans, politiquement, diplomatiquement et économiquement, et, pourquoi pas, les pousser à se révolter contre leur propre Autorité.
à l’évidence, la perception qu’a la Maison-Blanche de la cause palestinienne est faussée par le prisme de la sécurité israélienne, nombriliste, ségrégationniste, colonial, expansionniste et foncièrement contre la paix. Et au lieu de faire pression sur Israël, l’obliger à respecter ses engagements internationaux, faire des pas concrets sur le chemin de la solution à deux états, avec El-Qods comme capitale des Palestiniens, comme l’exige le consensus mondial sur la question, les états-Unis d’Amérique, de Trump, sous la pression de puissants lobbies, ont pris le parti de l’occupant, non seulement en prenant, de manière unilatérale, la décision, en décembre 2017, de transférer leur ambassade à El-Qods occupée et considérant celle-ci comme la capitale d'Israël — ce qu’aucun des Présidents américains n’a osé faire jusque-là —, mais également en encourageant la colonisation et en faisant tout pour qu’Israël continue à bafouer, dans l’impunité totale, la légalité internationale et commettre des crimes de guerre sans que ses dirigeants soient jugés.
Soixante-dix ans après l’expulsion forcée des Palestiniens et l’instauration de l’état d’Israël sur leur terre, vingt-cinq ans après l’Accord d’Oslo, qui a suscité l’espoir de corriger l’erreur première, mais qui a beaucoup plus favorisé le statu quo quand il n’a pas servi d’alibi pour renforcer la colonisation, si elle n’a pas été résolue, et la paix souhaitée paraît encore improbable, la question palestinienne demeure toujours centrale, malgré tout ce qui a été entrepris pour la rendre aphone et inaudible dans un Moyen-Orient convulsif où les dynamiques conflictuelles connaissent une cadence d’enfer avec des drames humains d’une grande ampleur. Et c’est sans doute cette centralité reconquise et des résultats probants qui gênent toujours l’occupant israélien et ses soutiens dont les multiples tentatives de la marginaliser n’ont pas été une réussite. Et toutes les pressions qui s’exercent aujourd’hui sur la direction et le peuple palestinien, s’inscrivent dans cette logique de guerre et de tension permanentes vouée à l’échec. Car il existe un pays qui s'appelle la Palestine, et que sa terre appartient aux Palestiniens, et cette réalité historique, sous-tendue par une exigence de justice, de liberté et de dignité,  finira bien par s’imposer, malgré le lourd poids de l’adversité.
     EL MOUDJAHID

 

Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions