dimanche 18 novembre 2018 05:49:30

La force du débat

PUBLIE LE : 04-09-2018 | 0:00 | EL MOUDJAHID

La rentrée parlementaire, en présence des présidents des deux chambres, est toujours un événement important dans le sens où elle constitue une opportunité pour insuffler une nouvelle vitalité à la scène nationale sur le plan politique.
L’événement permettra, si l’on ose l’expression, de graisser les rouages institutionnels, et, par-là même, de consolider l’exercice démocratique. On en veut pour preuve, dès l’ouverture de cette session parlementaire, le boycott des travaux par une vingtaine de membres du Conseil de la nation, en «solidarité» avec un de leurs collègues arrêté dans une affaire de corruption.
Députés et sénateurs se sont donc retrouvés dans une ambiance de rentrée scolaire, pour se pencher sur l’étude de nouveaux textes législatifs, et les rencontres qui suivront seront placées sous les auspices de la poursuite des réformes économiques et de l’application du programme de développement du Président de la République, dans une conjoncture rendue particulièrement difficile par les fluctuations des prix du pétrole.
Cela impose d’instaurer une stratégie économique passant impérativement par une rationalisation des dépenses et des mesures sociales équilibrées visant à préserver le pouvoir d’achat des couches les plus démunies.
C’est là, assurément, l’essentiel des défis que les parlementaires devront avoir à cœur de relever, car les chantiers sont légion et les attentes nombreuses dans un pays immense et géographiquement contrasté, où les jeunes sont en majorité, aspirant à des lendemains sereins et porteurs de leurs espoirs légitimes.
Certes, tout ne peut se régler d’un coup de baguette magique, mais il n’en demeure pas moins que la prise en charge des grandes questions de l’heure impose de privilégier le débat d’idées constructif, loin de la diatribe et des propos creux ; et, à ce titre, comme l’a réaffirmé le président du Conseil de la nation, M. Bensalah, la classe politique doit s’appliquer à élever le niveau du débat et à éviter d’impliquer les institutions républicaines et leurs symboles dans les joutes verbales stériles.
Il faut donc agir et oser, car rien ne se décrète, tout se prépare dans le cadre d’un débat véritablement constructif en associant toutes les forces vives de la nation et les institutions concernées, ainsi que les partenaires sociaux dans une perspective de complémentarité . La conduite bien comprise des réformes doit donc trouver tout son sens dans l’accomplissement sincère et dévoué de la tâche parlementaire, et c’est là que sera louée ou vilipendée la mission de ceux qui en ont la lourde, mais non moins noble charge.
EL MOUDJAHID
 

Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions