Un geste qui compte


PUBLIE LE : 01-09-2018 | 0:00 | PAR EL MOUDJAHID

Indéniablement, l’arsenal réglementaire en matière de préservation de l’environnement est des plus étoffés, mais, pour l’heure et au vu de ce qui se passe, sa place est plutôt dans la corbeille, pour ne pas dire dans la poubelle.
En effet, sur le terrain, on a presque envie de dire que l’on fait exprès de faire de notre environnement quotidien un spectacle désolant où petits et grands, sans vergogne, participent, à la fois acteurs et victimes, à la dégradation croissante du cadre de vie.
Disons-le tout net, nos villes sont devenues, en certains endroits, de véritables cloaques repoussants de saleté, un spectacle lamentable auquel nous ne prêtons guère plus attention.
Les services de nettoiement ne cessent pourtant de multiplier les rotations, et les éboueurs, cramponnés dangereusement sur des camions surchargés, sont dépassés par les montagnes de déchets et d’immondices de toute sorte. Que dire des abords des routes jonchés de tas de bouteilles, des plages souillées par les sacs en plastique, les mégots, des forêts étouffant sous les déchets des promeneurs... 
Cessons de lancer la balle aux autorités publiques, et balayons chacun devant notre porte. C’est d’abord le rôle de la famille, de l’école, de la mosquée, en fait nous sommes tous acteurs de cette situation et nous en devenons les victimes, car les petits gestes du quotidien sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières.
C’est là une culture qu’il convient impérativement d’inculquer à nos enfants, car nous n’avons pas le droit de leur laisser cet héritage empoisonné. À quoi servirait que l’État déploie des sommes considérables pour les grandes actions d’assainissement ?
À quoi servirait d’embellir le cadre de vie, action qui relève toujours des autorités publiques, si le citoyen ne fait pas un petit geste pour le préserver.
Pourtant, tous les préceptes de respect de l’hygiène et de l’environnement sont aussi édictés par la religion, c’est donc un acte de foi dont l’accomplissement est le devoir de tout croyant et fonde les règles du vivre ensemble.
La campagne de nettoiement lancée par le ministère de l’Environnement, si elle a le mérite de tirer la sonnette d’alarme sur le degré intolérable atteint en matière d’insalubrité et qu’il convient de saluer à maints égards, ne doit aucunement constituer la panacée, encore moins une façon de se donner bonne conscience. Une campagne, quelle que soit son ampleur, reste un événement conjoncturel. L’État ne peut pas tout faire et ne peut être derrière chaque citoyen.
Pourtant, il est plus facile de ne pas salir. 
EL MOUDJAHID


EL MOUDJAHID - QUOTIDIEN NATIONAL D'INFORMATION Edité par l'EPE - EURL El MOUDJAHID - 20, Rue de la Liberté - Alger - Algérie
Tél. : +213(0)21737081 - Fax : +213(0)21739043
Mail : info@elmoudjahid.com