dimanche 16 dcembre 2018 10:27:17

Vérités

PUBLIE LE : 16-04-2018 | 0:00 | EL MOUDJAHID

L’opposition entre vérités et opinions fut certainement la préoccupation la plus importante du Premier ministre, M. Ouyahia, qui a dû expliciter les réalisations accomplies en 20 ans, et mettre ainsi un terme à toutes les spéculations sur un prétendu échec de la politique économique et sociale du gouvernement.
Toutefois, les institutions étatiques ne sont plus seules à piloter la marche vers le développement, et c’est dans ce cadre qu’un appel est lancé aux entrepreneurs et aux travailleurs afin d’apporter leur contribution à cet effort.
Il est vrai que la conjoncture internationale vécue depuis 2014 a sérieusement entravé la reconstruction du pays, mais les perspectives pour les années à venir sont annonciatrices de prémices d’une reprise tant attendue, car conditionnant le maintien de la stabilité sociale.
Là aussi, il demeure clair, comme cela est déjà le cas depuis 20 ans, que le lien entre le retour à la paix et le maintien de la croissance est un couple indissoluble. En effet, depuis l’accession du Président Bouteflika à la magistrature suprême du pays, on a toujours soutenu le fait qu’il ne peut y avoir un quelconque développement sans le retour à la paix.
Force est de constater que cette rhétorique n’a pas complètement cessé d’être mise en avant. Pour preuve, on en veut les références multiples à la persistance des risques sécuritaires menaçant la nation évoquées par M. Ouyahia, notamment dans le Sud et aux frontières.
En exprimant sa confiance à l’endroit du génie du peuple, le Premier ministre croit dur comme fer que les défis auxquels fait face la nation entière sont susceptibles d’être dissipés. Pour guérir cette dernière des différents maux dont elle souffre, la potion est déjà prête. Le mode d’emploi est explicite : abandonner les querelles stériles, apaiser le front social et unir les forces des enfants de la patrie.
La prochaine échéance électorale est une opportunité pour élaborer une feuille de route, dont la ligne directrice devra être celle d’écrire la partition jouée dans l’harmonie par 40 millions d’Algériens, tous soucieux de maintenir leur unité.     
El Moudjahid

Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions